Mission Sea Mercy à Yaqaga

 


Sea Mercy nous envoye à Yaqaga (prononcé Yanquangua) pour une autre mission. Avec POGEYAN nous quittons SKYBIRD, qui restera encore quelques jours à Yadua avant de retourner sur Denarau/Vuda pour effectuer les réparations des dégâts dû au naufrage.

Quelques dauphins nous accompagnent un petit bout, nous passons une pointe surmontée d’un rocher qui ressemblerait à la tête d’un singe. Notre machine à pain arrivant en fin de vie, Stéphane a profité du calme de la navigation pour la démonter et y faire un petit service espérant prolonger sa durée de vie jusqu’à ce qu’on puisse en trouver une autre.

L’équipe B est proche de Yaqaga, HULLABALLOO rejoint notre équipe et part en éclaireurs au village dans l’attente de notre arrivée, ils en profitent pour faire le rituel Sevu-sevu pour toute l’équipe (normalement on doit tous le faire, mais étant une organisation d’aide, un Sevu-sevu pour toute l’équipe est suffisante).

Les HULLABALLOO nous informent par VHF que le village a besoin d’une tronçonneuse, que nous avons à bord. Stéphane, dans son élément d’avant le voyage, prépare la machine et la teste. C’est sûr, ce n’est pas la marque de qualité qu’il importait et vendait, mais ça fera l’affaire. Ils nous informent que nous sommes les premiers à passer visiter l’île, ils n’ont encore eu aucune visite d’organisation et n’ont encore reçu aucune aide.


C’est munis de sceaux de première nécessité et de la tronçonneuse que nous débarquons, tous trois bateaux. Dès notre arrivée nous voyons plein de cartons de l’UNICEF qui ont été livrés entre les deux visites de HULLABALLOO, il y a moins de 2 heures. A l’intérieur, des produits de première nécessité similaires à ceux contenus dans nos bidons. Nous décidons d’y laisser quelques bidons et de ramener le reste pour les distribuer où le besoin est plus grand. Nous remettons la tronçonneuse qui sera en fonction moins de 15 minutes après que nous l’ayons donnée.

Plusieurs maisons du village ont été complètement rasées, le vent emportant toutes les affaires qui se trouvaient dans ces maisons. Plusieurs familles se retrouvent ainsi sans domicile et sans rien et à notre grande surprise, l’unique demande des villageois est que nous réparions le toit de l’église !  Notre tâche est l’aide de première nécessité (sanitaire et eau) et de faire le recensement des besoins. La reconstruction devrait être faite par des charpentiers d’ici quelques semaines/mois.

Le villageois tient à nous amener voir l’abri anti-cyclonique reçu d’US-Aid où sont abritées quelques familles. Un bout de paroi s’est envolée d’un côté, en face, c’est toute la paroi qui s’est arrachée ! C’est assez impressionnant sachant que ce bâtiment était censé être un abri sûr.
Par la suite, nous avons appris qu’US-AID a livré le bâtiment (avec une structure métallique) en kit. Le montage a été fait par une entreprise de Fiji.



Commentaires