Seuls au monde (Cast Away)

 

Monuriki

Il y a 2 mouillages que je voulais absolument encore voir avant notre départ de Fiji qui se trouvent aux Mamanucas. Nous quittons Denarau pour une dizaine de jours seulement, car bientôt nous devrons prolonger nos visas.

Vous avez certainement vu le film où Tom Hanks échoue sur une île déserte pendant quelques années et se lie d’amitié avec Wilson, une balle de volley. Ce film a été tourné à Monuriki, une magnifique île déserte, mais elle n’est pas perdue au milieu de l’océan. Sa grande sœur Monu se trouve à moins de 2km et il y a quantité d’îles et de récifs aux alentours.

A notre arrivée il y avait déjà un bateau au mouillage et ça avait l’air de pas mal rouler (vagues qui font bouger le bateau). Nous allons en face dans une des baies de Monu.


Monu

Les petits et moi sommes allés à terre, la plage est assez pentue. Nous attachons l’annexe à un cocotier tout en maintenant l’arrière de l’annexe avec une ancre.
Les enfants jouent vers une cabane et Timeo s’amuse à glisser sur une grosse pente de sable. Je me promène le long de la plage, c’est un endroit magnifique. A mon retour je vois qu’avec les vagues l’ancre n’a pas tenu, l’annexe est échouée et se remplit d’eau et sable à chaque vague. Je refais la manœuvre, passe un temps fou à écoper et essayer de vider tout ce sable.


Le soir nous avons regardé le film de Tom Hanks en famille pour nous mettre dans l’ambiance.

Le lendemain matin nous nous sommes rendus en annexe à Monuriki explorer l’île. On a longé la côte ouest jusqu’à la fin de la plage au sud. Nous n’avons pas trouvé la grotte. Peut-être est-elle au sud, ou alors ils l’ont inventée. Nous avons débarqué vers la plage où a échoué Tom Hanks. Cyliane est restée dans l’annexe car elle n’a pas aimé le film.


Superbe, la plage est au bout de l’île, c’est une longue bande de sable qui devient de plus en plus fine pour finir par un gros caillou. La plage se trouve des deux côtés de cette bande, au nord et au sud. Tout contre l’île il y a beaucoup de végétation avec plein de chemins dans tous les sens un peu comme un labyrinthe. La plage côté sud à pas mal de plaques de récifs, mais du côté nord, c’est une magnifique plage avec vue sur Monu. Puis il s’est mis à pleuvoir à verses, nous sommes retourné sur OLENA trempés sans avoir trouvé Wilson (la balle de Tom Hanks qui se trouverait à Musket Cove).

Après la pluie nous déménagions OLENA à Monoriki. Ça tombait bien, l’autre bateau était parti. Ça devient vite profond nous avons dû ancrer assez près de la plage. La bouée sensée s’y trouver ayant disparu.

L’arrière de notre bateau s’est mis contre la plage, c’est idéal pour se rendre à la nage sur l’île. Timeo et Cyliane, qui entre-temps a décidé de visiter l’île, y sont allés à la nage et en paddle. Moi-même y suis nagée en tenue d’Eve, étant seuls, pas besoin de mouiller de maillot de bain.

Nous avons fait un feu sur l’île pour griller des saucisses et faire du pain « serpent » comme l’appellent les suisses-allemands. C’est un long brin de pâte qu’on enroule au bout d’un bâton pour le faire cuire sur le feu. Ce qu’on aime ces moments seuls sur une île déserte !


Nous aurions bien voulu retourner sur l’île le lendemain, mais 19 locaux sont arrivés en 2 voyages pour passer toute la journée sur l’île. On les a entendus rire, ils ont fait de la pêche. Timeo est allé jouer sur la plage loin des locaux, nous n’avons pas cherché de contact. Le virus se promène déjà dans plusieurs îles des Mamanucas, certains commencent à avoir peur, nous les respectons.

Le vent a forci, le mouillage s’est mis à pas mal rouler. Juste avant la tombée de la nuit nous sommes retournés à Monu qui semblait plus calme. C’était le cas pendant quelques heures, mais nous avons passé une nuit très agitée.

Commentaires