On quitte le mouillage


De plus en plus de bateaux arrivent de Tahiti et Nouvelle-Zélande. Après 3 semaines au mouillage pendant lesquels il a beaucoup plu, il nous fallait un peu laisser la place aux autres, surtout qu’on avait tout réglé ce qu’on y était venus faire.

 

L’arrivée de FLIP FLOP

A notre retour au bateau après avoir payé la marina, on voit un Lagoon 380 arriver, c’est le modèle de bateau qu’on croise le plus souvent. Nous attendons nos amis sur un bateau similaire. Je regarde OLENA et je vois Elina qui fait de gros signes depuis le pont, là c’est clair, c’est les FLIP FLOP !

Elina prépare 3 bières locales, on sort dans leur direction, leur balance les bières dans l’annexe et nous rendons sur IMPULSO, où on devait déposer quelque chose. Ni vu, ni connu et sans contact, nous leur avons refilé des bières pour leur arrivée. Ça leur a fait super plaisir ! Quel dommage que nous quittons Savusavu alors qu’ils seront hors de quarantaine d’ici 1-2 jours.

On se réjouit de se revoir, ça fait 13 mois qu’on ne s’est plus revus. Leur fille était au collège avec Elina à Nuku Hiva, lui était Net Controller comme moi. Nous avons été confinés ensemble, les enfants ont passé beaucoup de temps emble avant et après le confinement. Dans ce groupe d’enfants il y avait les SEPTEMBER dont le fils Eddie, de l’âge d’Elina, qui a été tué à Moorea en août dernier.

J’en profite pour donner des nouvelles des SEPTEMBER. Le bateau a été vendu (il avait été mis en vente avant la tragédie), il sera amené par cargo chez son nouveau propriétaire en Méditerranée. La famille est retournée vivre en Angleterre, comme prévu avant la tragédie.

 

Cousteau Resort

Nous ne sommes pas allés bien loin, juste à 5km, car les conditions, vagues et vent, n’étaient pas bonnes pour aller ailleurs. Nous avons ancré vers le Cousteau Resort, non loin d’un cap entouré de récifs. Nos amis ESTRAN y étaient déjà depuis 2 jours.

Dès à présent nous sommes interdits de débarquer, par contre on peut profiter de l’eau, ce qui est moins le cas à la marina.

Voilà un kayak qui arrive avec 2 personnes à bord. C’est Kim, un étudiant suisse et son amie locale. Stéphane avait vu son annonce le jour-même, il cherche un bateau pour se rendre sur certaines îles, où il devrait aller faire des interviews pour ses études. Il n’était pas au courant de l’interdiction de débarquer. Mais ce n’est pas pour cela qu’ils sont passés, le drapeau Suisse les a attirés. Nous avons passé un moment de papotage sympa.

Quelques jours plus tard il revient nous interviewer. Son amie lui a fait part de notre mission Sea Mercy dont je lui ai parlé. Son doctorat a pour sujet les réponses post-cyclones ou quelque chose du genre, donc ça l’intéressait. Nous avons à nouveau passé un super moment ensemble. Tous deux étudient à l’université en Nouvelle-Zélande mais en partenariat avec l’université de Fiji.

Les enfants ont beaucoup joué avec les ESTRAN. Ils ont également fait de l’école ensemble. L’école c’est toujours difficile, la motivation des enfants manque, nous ne sommes pas profs, alors les enfants ne se gênent pas quand ils n’ont pas envie. En les mettant ensemble, ça fonctionne mieux, mais seulement un certain temps.

Philippine a pris Timeo, un jour elle a pris Cyliane et Timeo. Baptistine est venue faire l’école chez nous avec Cyliane et Elina. Ayant fini avant Cyliane je l’ai occupée avec un jeu d’algèbre sur la tablette, elle a accroché. Le soir même, ils téléchargeaient certains jeux éducatifs que nous avons. C’est toujours sympa de s’échanger sur les programmes/livres qu’on utilise pour l’école.

Commentaires