Retour à l’est

Arrivés à Fiji environ 6 semaines avant le début de la saison cyclonique, il nous fallait profiter de ce laps de temps pour visiter les endroits plus éloignés des trous à cyclones. Vu que l’unique port d’entrée actuellement est à l’ouest, nous pensons repartir vers l’est. SAWADIVA et CORAL TREKKER ont le même projet, nous nous joignons à eux.

Un matin, nous quittons tous les 3 le port et suivons le chenal qui longe la côte nord de Viti Levu, l’île principale. SAWADIVA avance bien contre vent et vagues, car c’est un monocoque. Nous rattrapons assez rapidement CORAL TREKKER, qui a dû freiner à cause des vagues. Arrivés au nord, de jolies petites vagues s’étaient formées, comme elles étaient courtes, c’est fort désagréable en catamaran, ce pourquoi nous devons réduire notre vitesse. CORAL TREKKER étant plus court que nous, nous les voyions sauter sur les vagues, c’était assez impressionnant.

Ralentis par les éléments, nous n’avons pas pu aller jusqu’au mouillage prévu. SAWADIVA s’est arrêté un peu avant et nous les avons rejoints après la tombée de la nuit. Ce ne fut pas un problème car nous pouvions suivre notre tracking, nous étions dans le même chenal que nous avions emprunté lors de notre arrivée à Fiji. Quant à CORAL TREKKER, ils se sont arrêtés une 10aine de miles en arrière, les conditions leur étaient trop pénibles. Nous avons lu sur leur page Facebook que c’était la navigation la plus terrible qu’ils ont eu en 4 ans de voyage. Ça m’a fait sourire, heureusement qu’ils ne sont pas remontés aux Marquises depuis Tahiti, c’était bien pire.


Nananu-i-ra


Le lendemain matin, dès l’arrivée de CORAL TREKKER, nous avons levé l’ancre et suivi notre chemin pour nous rendre vers l’île de Nananu-i-ra, petite île au nord-est de Viti Levu, qui comporte plein de maisons de vacances d’étrangers. Plusieurs maisons et terrains sont à vendre.

L’endroit est très joli, Stéphane est allé plonger avec les SAWADIVA et Robi de CORAL TREKKER. J’ai été me balader avec les enfants, nous avons suivi la plage sans trouver un accès qui n’était pas privé pour nous rendre à l’arrière de l’île. A notre retour, une locale nous conseille de nous rendre au Sunset point en demandant le droit de passage au vieux couple d’américains.

Nous arrivons vers leur maison et voyons ce vieux couple assis devant leur baie vitrée. Nous leur faisons signe, le monsieur se lève et vient discuter. Apprenant que nous sommes suisses, il nous dit avoir été régulièrement à Lausanne à un congrès de magiciens, il aurait été le chef des magiciens pendant plusieurs années. D’entendre ça, Timeo est parti dans un monde imaginaire de magiciens et me posait mille et une questions sur la magie et si le monsieur savait faire telle ou telle chose.

 

Cap sur Leleuvia

Après 2 jours d’escale, nous continuons notre chemin pour nous rendre à Leleuvia, une île à l’est de Viti Levu. Nous suivons le chenal et voilà que Stéphane se rend compte que nos toilettes sont bouchées. Il a passé quelques heures à démonter les vannes et tuyaux, qui s’incrustent d’une sorte de calcaire avec le sel et le calcaire d’urine. Nous avions remplacé ces tuyaux il y a 3 ans, le diamètre était passé de 38mm à moins de 15mm ! Il était temps de détartrer les vannes et de casser le calcaire dans les tuyaux.

A un moment, on arrive à un endroit bien large où nous pouvons aisément faire de la voile. Stéphane me demande d’attendre qu’il ait fini à la salle de bains pour la Grande-voile. Je sors le foc, mais au près, sans GV ça ne sert pas à grand-chose. Je vois les copains faire de la voile et ça me démange, Stéphane va en avoir pour des heures et le « lac » entre les récifs sera déjà bien à l’arrière. Je poste Elina à la barre avec des instructions claires et je vais au mat monter la GV. OLENA vogue sur ce grand lac, ça fait plaisir. Il est temps de virer de bord, manœuvre très simple avec notre foc qui est auto-virant.

Au bout de ce « lac » nous voyons passer un grain, je poste à nouveau Elina à la barre et affale les voiles avant d’arriver dans la pluie et le chenal. Nous continuons notre chemin au moteur et voyons SAWADIVA prendre une autre route, je suis celle que j’ai tracée et étudiée. Un peu plus SAWADIVA nous avertis qu’ils doivent se rendre sur l’île de Viti Levu pour la nuit car ils ont reçu un rendez-vous le lendemain matin. Les CORAL TREKKER nous informent également ne pas y arriver avant la tombée de la nuit, eux aussi nous retrouveront le lendemain.

Commentaires