De retour à Ogea

 


Une raie manta qui venait visiter le mouillage chaque jour

Cette-fois nous avions le temps de rester dans les Lau. Malgré qu’on était au début de la saison cyclonique, le MJO qui donne l’impulsion à une dépression de se mettre à tourner était hors de portée pour plusieurs semaines, ce qui est signe que nous avions presqu’aucun risque cyclonique.

Après une petite navigation à tirer des bords au près du vent nous voici de retour à Ogea. Ayant adoré le mouillage caché derrière les îlots, c’est là qu’on s’est à nouveau rendus. Stéphane l’appelle la baie des pirates, un endroit parfait pour être un peu caché.

Nous sommes allés un peu plus au fond de la baie, sachant que nous poserions à chaque marée basse. C’est parfois sympa d’être posé et d’avoir pied autour du bateau. Malheureusement nous étions en période de plus petites marées et n’avons pas posé.

Marée haute puis basse, vue depuis le mouillage

 

Au village


Arrivés juste avant la marée haute, nous n’avons pas perdu de temps pour nous rendre au village en annexe, ce qui est impossible plusieurs heures avant et après la marée basse.

Le chef du village était toujours aussi sympathique et enthousiaste à la réception du bouquet de Kava.

Nous nous sommes mis à la recherche d’un des locaux que nous avions connu lors de notre premier passage. Le hic, nous avions oublié son nom. Nous nous sommes promenés dans le village cherchant sa maison.

Une femme m’appelle depuis la maisonnette de sa cuisine « bula ! venez manger des bananes ». On a beau être dans le Pacifique depuis plus de 2.5 ans, il est toujours aussi impressionnant de voir la bonté et la générosité des gens. Ils voient passer des inconnus et leur ouvrent leurs maisons, nous invitent pour manger et nous couvrent de fruits.

Dans ces îles reculées, il y a très peu de gens de passage, les seuls touristes étant les voileux. Quand on habite une île avec une centaine d’habitants, la vue d’un visage inconnu est une réjouissance. Un bon moment à passer, une fenêtre en-dehors de leur île.

Après avoir visité l’homme qu’on cherchait, il nous fallait retourner au bateau avant d’être bloqués au village par la marée basse.

Le retour dans le labyrinthe d’îlots est simplement superbe.

 

Plages et îlots


Cette fois on a fait de nombreuses ballades à pied et en annexe autour des îlots. Nous avons découvert bon nombres de petites plages, de petites criques et passé en annexe sur des bancs de sables où nous nous baladions à pied quelques heures plus tard.

 

Retour au village

Les villageois aiment la visite et nous le changement. Nous sommes retournés au village à plusieurs reprises, mais à pied cette fois, ainsi nous n’étions pas dépendants des marées.

Depuis l’endroit où on peut mouiller l’annexe on se rend au village par un petit sentier où parfois il faut chevaucher des rochers, des racines d’arbres ou des troncs d’arbres tombés. Nous marchons ¾ d’heure par chemin pour arriver au village.

Le long du sentier on y croise parfois des enfants qui sont en train de déguster des mangues vertes ou de transporter du bois pour le feu des cuisinières, des familles enlevant la bourre des noix de cocos récoltés ou des hommes rentrant avec des sculptures commencées au pied de l’arbre découpé à cet effet.


Nous ne pouvions pas aller au village sans aller saluer Aliti, la femme qui nous avait invités à manger des bananes. On n’a pas pu la quitter sans accepter une invitation à dîner.

Quelques jours plus tard nous y sommes donc retournés. Son mari était malheureusement absent, mais elle nous attendait avec sa petite-fille. Elle nous avait préparés entre autre du poisson, du manioc, de la soupe de pois jaunes et des bananes cuite. En plus des offrandes habituelles qu’on amène au villageois (farine, riz, sucre) on a amené un cake pour le dessert. Mais leur coutume est différente de la nôtre, soit ils mettent tout sur la table et mangent tout ensemble, soit ils le mettent de côté pour eux plus tard. Timeo était un peu déçu de n’avoir pu goûter le cake, mais nous en ferons d’autres.

 

Visite des grottes


On a appris l’existence de 3 grottes ou gouffres près du village. Nous avons été en visiter 2, le 3ème nous ne l’avons pas trouvé.

Le premier est juste à côté du village et est utilisé comme salle de bain pour les femmes. Un sentier amène à un trou d’environ 1m2 dans la paroi d’un rocher.  A l’intérieur il y a de l’eau dont le niveau varie avec les marées. L’eau est un mélange d’eau douce et salée. Quand nous y sommes allés, il y avait 2 gros rochers non immergés qui nous facilitait l’arrivée au centre de la grotte. Il y fait très noir, malgré la lumière du flash, je n’ai pas pu faire de photo/film utilisable.

A peine un peu plus loin à l’arrière du village, un sentier amène à un gouffre assez profond. Une longue échelle amène au fond du gouffre. Là aussi le niveau d’eau dépend des marées. Nous nous sommes promenés dans le gouffre, il y avait de la verdure et arbres au sol au centre et vers les bords, on y voyait des stalactites.

Commentaires