4 ans de voyage!

 


13.10.2021: Nous voilà nomades depuis 4 ans ! Nous n’avons pas encore l’impression d’être au bout de notre voyage, on continue donc nos aventures.

Les restrictions sanitaires n’ont pas changé pendant cette année. C’est la raison pour laquelle nous avons du retard sur notre plan de voyage, mais c’est aussi grâce à ça que nous avons passé toute notre 4ème année à découvrir les îles Fidji.

Ayant passé un peu plus d’un an dans ce pays, nous sommes tous cinq d’accord qu’il s’agit de la perle du Pacifique. Les fonds marins sont encore intacts, même si les poissons sont en moins grand nombre que ce qu’ils devaient l’être il y a une 20aine d’années, on ne ressent pas encore de sur-pêche. Nous sommes conscients de n’avoir pas visité certains autres pays du Pacifique dû aux restrictions, mais les îles Fidji nous ont conquis. Le pays possède dans les 360 îles et des milliers d’îlots. Certaines îles sont si différentes qu’on a l’impression de voyager un peu partout dans le monde. Ainsi nous avions l’impression d’être aux Maldives (Leleuvia, Waglialala…), aux Caraïbes (Mamanucas & Yasawas), aux Açores (le sud de Taveuni), aux Marquises (Matuku)… Mais il y a des endroits qui ne ressemblent à nul part ailleurs, c’est le cas du groupe Lau avec ses îlots en forme de champignons. Quant à la culture, le pays est partagé entre la culture fidjienne et la culture indienne. C’est un mélange très sympa autant culturel que culinaire.


 

Cette année a été riche en découvertes et en émotions. Nous avons dû nous abriter de 2 ouragans, dont un de catégorie 5. A la suite de cet ouragan, nous nous sommes engagés à Sea Mercy pour aller porter de l’aide et du matériel dans les îles touchées par le cyclone. Nous y avons vu des villages à moitié ravagés, des maisons disparues, des écoles dont il ne restait que le plancher car tous les murs sont tombés, des églises sans toits, de gros arbres déracinés, une maison retournée telle une crèpe et beaucoup de familles qui ont tout perdu. Mais ce qui nous a le plus touché, c’était l’accueil et le sourire de ces gens. Ils n’avaient plus rien mais nous invitaient pour le thé !

Le méridien du 180°, l’opposé de celui de Greenwich, traverse l’est du pays. C’est ainsi que nous avons traversé cette ligne de changement de date à maintes reprises, à la voile, en voiture et même à pied ! Mais vous imaginez bien qu’officiellement, de part et d’autre de cette ligne imaginaire, nous vivons à la même date, sinon ce serait un peu compliqué dans un même pays, une même île voire le même village.

Loin d’être autant en harmonie avec la nature que les locaux, notre manière de vivre nous rapproche de plus en plus de la nature. Notre peau supporte pas mal de soleil sans devoir trop se protéger à l’excepté de mon nez, sans toutefois pouvoir passer des heures en plein soleil. Nos pieds n’aiment plus les chaussures, il nous arrive régulièrement de visiter des îles pieds-nus, les locaux sont beaucoup à pieds-nus partout. Quant à la mise à mort des animaux juste avant la préparation du repas, là on a encore de la peine, surtout les filles et moi. Il est plus simple d’acheter de la viande au supermarché que d’entendre hurler le cochon.

Nous avons eu la visite de l’administrateur d’une province sur notre bateau. Sa visite lui a complètement changé son point de vue sur les voileux. Il était tout étonné quand il a réalisé qu’en fait nous étions simplement des explorateurs. Il a beaucoup apprécié nos images sous-marines et de cette visite est né le projet d’un film éducatif sur la préservation des coraux pour les fidjiens.

Nous avons passé un mois en auto-confinement vers une île déserte alors que le virus s’est propagé à Fiji, qui vivait depuis plus de 360 jours Covid-free. Nous avons vécu à la Robinson Crusoé, profitant de l’île et plongeant quotidiennement avec les raies mantas. Envoyant les photos et informations au centre Manta Trust, nous avons pu nommer une raie manta femelle, elle s’appelle OLENA, nous vous la présentons avec ce film.

Elina s’est mise à la plongée sous-marine. Nos 3 loulous sont à présent trilingues, nos deux filles (15 et 11 ans) lisant des livres dans les 3 langues. C’est l’école de la vie et ça leur convient bien.

Que l’aventure continue !

 

Cliquez les liens avec l'arrière-plan bleu clair pour voir les films.

Commentaires