Travaux sur Olena


De retour au ponton, nous avons profité d’enlever nos autocollants de logos. En plus de 3 ans ils ont perdu presque toutes les couleurs, ça faisait un moment que nous repassions les fines lignes des bonhommes au feutre indélébile. Nous avions déjà reçu nos nouveaux autocollants commandés dans une imprimerie locale.

Nous avons profité de faire polir toute la coque extérieure avant de poser les nouveaux autocollants. Ce sera ça de moins à faire lors de notre carénage.


Nous sommes retournés chez le sellier, où nous avions commandé la bâche d’ombrage pour l’avant du bateau ainsi que les mousses pour nos nouveaux coussins de cockpit.

Il fait si chaud ici en période cyclonique, bien plus chaud que ce que nous avions connu ailleurs. Nous avons dû trouver des solutions pour nous protéger un peu, nous avons collé des films troués blanc côté extérieur, noir côté intérieur, sur tous nos hublots du pont. Une partie du soleil continue d’entrer, mais nous remarquons une nette différence de température.

Pour l’air chaud qui rentre par nos fenêtres à l’avant du carré, il nous fallait faire de l’ombre. Nous avons passé quelques heures à dessiner un plan, que le sellier ne comprenait pas au début. Voyant le bateau ZATARA (ils ont une chaîne Youtube à succès) à nos côtés, j’ai demandé à Keith si je pouvais faire des photos de sa bâche d’ombrage, qui ressemblait pas mal à ce que nous voulions faire. Keith m’a montré les attaches qu’ils ont à travers pour y pendre un siège genre hamac et m’a conseillé de faire pareil. Nous avons suivi son conseil et lui disons un grand merci, ce fut un très bon conseil.

Munis des plans et des photos, le sellier a fait un très bon travail, la bâche est parfaite. J’aurais aimé la faire moi-même, mais je n’ai pas la place pour mesurer, couper et coudre une étoffe de cette dimension. La main d’œuvre est peu chère à Fiji, nous n’avons pas payé beaucoup plus que le prix du matériel.


J’ai beaucoup aimé travailler avec ce sellier (Jet-set Upholstery sur la back-road de Nadi). L’atelier est ouvert, les enfants et nous avons pu les voir travailler, voir comment ils refont de vieux sofas, chose qui est devenu très rare en Europe. Ce que j’ai beaucoup apprécié est qu’ils nous ont demandé de compter 1h pour la prise du matériel, car il y a un point qu’ils n’étaient pas sûrs pour nos mousses. A la place de faire n’importe quoi, ils nous ont demandé de venir voir, depuis là, ils ont toute ma confiance pour d’éventuels futurs travaux.

Commentaires