Cyclone Ana


Nous sommes retournés à Denarau à cause du cyclone Ana qui s’approchait de nous. Dès le début il n’avait pas l’air d’être bien gros et méchant pour l’endroit où nous nous trouvions, mais mieux vaut être prévenant.

La marina est restée en pavillon jaune, càd prudence mais pas évacuation. Certains sont restés à la marina, doublant les pare-battages et les amarres. Nous avons préféré retourner dans les mangroves.

Comme pour Yasa, la marée haute était soit le soir, soit le matin tôt, nous avons choisi de rentrer le matin pour ne pas avoir à attacher le bateau aux mangroves de nuit. Sage décision, car ce n’était pas si simple pour nos amis partis la veille. Par contre nous avons très mal dormi, il y avait déjà pas mal de vent, le bateau commençait à prendre de la vitesse puis était stoppé net par les amarres, c’était très désagréable.

Au petit matin, nous rentrions dans la mangrove à la queue-leu-leu, nos amis EXILE (avec qui nous avions passé Nouvel-an 2018-2019 aux Antilles) étaient juste derrière nous. Nous avons passé la journée à finir de préparer le bateau, c’est-à-dire le mettre à nu le plus possible pour réduire l’impact du vent.

 

Le passage du cyclone

Le cyclone est passé plus au nord de l’endroit où nous étions, il était également de moins grande force que Yasa. Il a plus ou moins suivi la route qu’avait pris Yasa, nous étions en pensée avec les villageois que nous avions visités, ainsi que les autres habitants sur le passage du cyclone.

C’est pendant la nuit que nous étions au plus près de l’œil, le baromètre est tombé bien plus bas que pour Yasa, nous avions 985.5 hpa ! Niveau vent, nous devions avoir dans les 35 nœuds, nous avons beaucoup de fois eu du vent bien plus fort lors de passages ou pendant les Maramu en Polynésie. Mais n’oublions pas, nous étions au sud de l’œil, du côté où le vent est le moins fort (pour l’hémisphère sud).

Ana a fait quelques dégâts sur son passage. Pendant le passage d’ana, notre ami Wiliame du gouvernement fidjien était sur un gros bateau de l’armée dans le groupe Lau (au S-E du pays), il a eu bien peur, une vraie tempête !

 

Cyclone Lucas

Dans les mêmes moments, le cyclone Lucas s’approchait, nous l’avions à l’œil, mais il nous a épargné.

Commentaires