Vacances à Ua Huka

L’école en Polynésie se fait par bloc de 5 semaines, entre lesquels il y a des vacances afin de permettre aux pensionnaires d’éventuellement rentrer chez eux. Eventuellement, car les coûts des bateaux (voir vols pour ceux qui sont plus loin) est pris en charge par l’état seulement 2 fois par année, à Noël et en juillet. Ce pourquoi il est fréquent d’avoir des enfants en pensionnat pendant les vacances scolaires.

 

En route pour Ua Huka

Notre trop court séjour en janvier nous a laissé sur notre faim, nous voulions y retourner. Nos amis TEMPTATION, étant restés à Tahuata et ne connaissant pas encore cette île, nous y ont rejoints pour qu’on passe quelques jours ensemble avant la grande séparation qui durera certainement plusieurs mois.

La météo n’annonçait pas beaucoup de vent et de houle, mais comme le chemin était contre le tout, nous n’étions pas certains pouvoir nous y rendre directement. Nous avons essayé, c’est allé à condition de ne pas dépasser 4 nœuds de vitesse (7.4 km/h) car ça tapait trop fort sinon. Mais à cette vitesse, nous arrivions de nuit, ce que je n’aime pas trop. Petit à petit les estomacs se sont révoltés et seuls Timeo et moi étions en forme. C’est dur de voir les siens se sentir si mal et ne rien pouvoir faire pour eux alors qu’on se sent en pleine forme. Quand Cyliane me demande entre les 2 îles de s’arrêter et que je vois Stéphane endormi pour ne pas se rendre plus malade, j’ai changé de cap. Ça ne servait à rien de faire demi-tour, car on aurait dû refaire la même route par situation peut être pire, mais j’ai visé la baie sud-ouest d’Ua Huka. Alors que je voyais sur l’AIS nos amis arriver à la baie de Hane, nous allions nous abriter dans cette superbe baie protégée par les deux îles aux oiseaux.

Le lendemain, nous longions l’île par mer un peu plus calme afin de retrouver nos amis Cécile, Angélo et Lenny.


 Grosse pluie

Ce serait la saison de la pluie, mais on n’en a pas encore beaucoup vu. Le lendemain matin, c’est tombé sans arrêt pendant plusieurs heures de suite. La baie de Hane, dans laquelle coule une rivière, est vite devenue brune. Nous voyions des cascades se créer sur les falaises entourant la baie.

On en a profité pour faire le plein d’eau et de faire le tri des habits des enfants ! Ça tombait bien, ainsi on allégeait le bateau tout en donnant les habits trop petits dans une île où l’achat des habits est plus difficile qu’à Nuku Hiva, où l’on trouve plusieurs magasins vendant des habits.


 Ballade dans la boue

A peine la pluie finie, nous sommes allés à terre avec TEMPTATION et avons suivi le sentier amenant au site archéologique contenant de vieux Tikis (statuettes représentant des dieux). Nous marchons dans la boue mais continuons de bonne humeur. C’est assez glissant et certains se retrouvent sur les fesses ce qui fait bien rire les autres.
Arrivés sur le site, c’est une superbe vue sur la baie qui nous accueille. La descente fut encore plus glissante, surtout avec nos chaussures pas trop adaptées pour cette marche. Depuis les Caraïbes, nous partons en sandales et Crocs, car souvent il nous faut traverser des rivières et nous trouvons plus pratique de pouvoir marcher dans l’eau avec ces chaussures que de devoir se déchausser. Mais ce jour-là, Stéphane et Timeo portaient des tongues, pas très pratiques sur ce sol. Alors vous imaginez, c’était une ballade comique pleine de rires.
A la fin du sentier, le ruisseau passait par-dessus la route en créant une jolie petite cascade. Nous en avons profité pour se nettoyer les chaussures et les jambes. Certains habitants nous regardaient, amusés par les enfants qui s’amusaient à pleine joie dans cette eau bien fraîche. L’un d’eux a grimpé aux arbres fruitiers pour nous en donner. C’est chargé comme des mulets que nous sommes redescendus à la plage. Pamplemousses, corossols, mangues… ils ont tant de fruits qu’ils ne peuvent tout consommer, alors ils les donnent de bon cœur. Merci pour votre générosité les marquisiens !


 

Petit tour sur l’île

Thomas, le sympathique infirmier de l’île, nous a organisé une voiture pour faire un tour. Nous étions 8 personnes, un pick-up ne suffisait pas, c’est là que Pierrette entrait en jeux avec son mini-van (vous trouverez ses contacts dans la partie cruisers information).
Elle nous a emmenés visiter le site, qui se trouve juste en face de l’aéroport.


C’est un site ressemblant aux sites archéologies avec des maraés, mais il a été entièrement créé pour les besoins du Festival des Marquises qui avait eu lieu chez eux il y a quelques années. Le thème du Festival étant « le défi », chaque île a amené des Tikis plus beaux les uns les autres.


Il y avait aussi un petit musée avec plein de choses intéressantes. Vous saviez qu’ils fabriquaient des éplucheurs avec des coquilles de porcelaine ?


Ensuite nous sommes allés visiter l’arborétorium, un genre de musée d’arbres en tous genres. Pierrette a même été chercher Léon, l’ancien maire d’Ua Huka et politicien polynésien, qui est le créateur de l’arborétorium. Ce fut très intéressant d’avoir le créateur comme guide, il nous a raconté plein d’anecdotes, comme d’où il a ramené les graines de tous les arbres qu’on voyait. Il y a un petit musée du bois, une pièce avec les découpes des différents arbres, où Léon nous a donné plein d’explications. Comme l’arborétorium est plein d’arbres fruitiers, nous sommes repartis avec des sacs remplis de fruits.


La prochaine halte était dans une ferme, car nous voulions visiter Germain, le fils de notre ami Adolphe, et Angélo voulait acheter un demi-cochon, et le producteur de l’île c’est Germain. C’était une visite surprise pour lui, mais il nous a accueilli à bras ouverts et nous a montré ses chèvres, ses nouvelles poules pondeuses, qui se promènent entre les arbres fruitiers et ses cochons. Dur dur pour nous de voir le cochon vivant que nous aurions le lendemain au repas de midi. Je n’étais pas certaine que les filles allaient en manger, mais elles l’ont mangé comme tout le monde. Les enfants ont eu plaisir aux animaux et ont porté et caressé les poules. Cyliane m’a dit « c’est chouette, c’est un peu comme dans une ferme » ! Avec notre esprit européen, on peine à comparer ces enclos à animaux à une ferme comme on en a chez nous. Germain nous a remis des œufs de sa production, c’était de tous petits œufs de jeunes poules car il vient de commencer la production. Nous en avons amené un paquet à Adolphe, ça lui a fait plaisir.


La dernière halte était chez Léon, où il nous a fait visiter son jardin. De là aussi, nous sommes repartis avec des sacs de caramboles, menthe, gingembre, combava… Merci Léon, on te souhaite tout de bon et qui sait, peut-être qu’on se recroisera!



 

Hokatu

Une seconde visite de Hokatu s’imposait. La ballade est bardée de superbes vues. On y voit les chevaux, les chèvres et même les anguilles dans la rivière. Le magasin de l’artisanat était ouvert, Cyliane et moi avons achetés des Tikis en souvenir. Puis une mamie (ici on nomme les gens âgés mamie et papi) nous a amené vers des pamplemoussiers pour qu’on se serve, car les habitants les laissent pourrir. Nous avons fait les 4km de marche du retour avec plusieurs dizaines de kilos de pamplemousses répartis entre nous 8. Eh oui, chaque enfant en portait un, qui faisait bien plus d’un kg/pièce !


Commentaires