Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎

Festival des Marquises

publié le 16 janv. 2020 à 10:04 par Sailing Olena

Nous mouillons dans la baie de Hakahetau qui se trouve du côté nord-ouest de l’île alors que le Festival se déroulera à Hakahau, au nord-est. On nous avait averti lors de notre passage en juin, que la baie de Hakahau sera fermée aux voileux (plaisanciers), ce qui ne s’est pas avéré tout à fait exact, mais fallait y aller très tôt pour y avoir une place, car c’était déjà plein.

Hakahetau est une très jolie baie avec un village sympa et un bon chocolatier en haut dans la montagne. Malheureusement en cette période, elle est ouverte en plein sur la houle.

La baie est grande, sans être énorme. Mais quelle est notre surprise de voir des bouées de zones d’ancrage ! Il y avait déjà une quinzaine de bateaux entassés dans cette zone et nous étions 2 catamarans à arriver en même temps. Nous avons fait au mieux pour nous ancrer dans la zone, juste à la limite.

Puis un plaisancier sympa vient nous avertir qu’il faut s’annoncer au pompier car ils prévoient 20 bateaux dans la zone et veulent savoir le nombre de personnes à bord pour l’organisation du transport à Hakahau.

https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/laure/_draft_post-1/20191217_Hakahau.jpg

Hakahau

 

Les préparatifs pour le Festival

Le lendemain, un autre plaisancier arrive « rendez-vous au quai dans 10 minutes pour une séance d’information pour le Festival !»

Martin, un local, voyant le nombre grandissant des voiliers dans la baie a décidé de s’occuper de nous. La première information, applaudie par tous, a été d’ignorer les balises de marquage de zone de mouillage, qui n’existe pas le reste de l’année. Ensuite on établit une liste de bateaux avec nombre de passagers pour l’organisation d’un bus. Il nous donne le programme du Festival et toutes les infos nécessaires.

Quelques jours plus tard, on se retrouve tous avec Martin. Les trucks ne sont toujours pas encore arrivés sur l’île, et ce n’est pas certain qu’ils vont arriver et si c’est le cas, ce n’est pas certain qu’ils pourront faire la route entre Hakahau et Hakahetau, qui est une piste en terre qui serpente dans la montagne. Il y a juste quelques endroits qui ont été bétonnés. Martin cherchait une personne de contact afin de faire le relai avec les autres par VHF. Etant polyglotte, j’ai été désignée d’office par les français et les anglophones. J’ai passé quelques matinées entre le téléphone et la VHF.

Les bus ne sont pas arrivés et Martin nous a organisé des « Taxis ». Ce sont des privés qui faisaient le voyage pour nous pour un prix fixé par les locaux.

 

Le Festival

Le lundi c’était l’ouverture du festival des arts des Marquises. Le programme étant principalement des discours, je n’ai pas voulu y emmener les enfants, pour ne pas prendre le risque qu’ils ne veulent y retourner le lendemain. C’est seul que Stéphane s’y est rendu, avec d’autres plaisanciers bien sûr.

La houle a fortement augmenté ce jour-là, les filles ayant eu un rendez-vous chez le restaurateur, je les ai juste déposées, impossible de laisser l’annexe au ponton ni Olena seul dans la baie. Le débarquement des filles et le réembarquement était sportif. L’annexe tel un ascenseur, montait et descendait de plusieurs mètres le long du quai. Pas facile de le maintenir pour que les filles puissent y entrer et sortir. Aucun bateau n’a chassé, tout est bien allé et la houle s’est calmée pour la soirée.

Le lendemain, nous quittions le bateau à 5h30 pour retrouver Manfred, le chocolatier. Il devait se rendre à Hakahau et nous a proposé de nous y emmener, merci à lui ! Là j’ai réalisé que la piste n’aurait pas pu être praticable par un truck d’école avec 50 personnes à bord. Et pourtant, une bonne partie de la piste venait d’être élargie et aplatie, car ils sont en train de bétonner quelques kilomètres supplémentaires.

https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/laure/_draft_post-1/truck.jpg

Truck à Tahiti (camion sur lequel ils ont monté une partie bus en bois)

Arrivés à Hakahau avant 7h30, j’ai été étonnée de voir les gens s’activer, on se serait cru en milieu de matinée. Ici les gens se lèvent tôt ! On a pu aller voir les fours marquisiens, qui sont de gros trous dans la terre, dans lequel ils font du feu qu’ils recouvrent de pierres volcaniques, puis de la nourriture emballée dans des feuilles de bananier et paniers tressés, le tout recouvert de terre. Ils laissent la nourriture cuire ainsi pendant des heures. Notre repas de midi était dans ces fours, déposés le jour d’avant, près de 24h de cuisson !

Le marché d’artisanat marquisien était déjà ouvert et plein de gens. Chaque île avait son coin, on pouvait ainsi comparer les différents styles. Sculptures, colliers en coquillages ou graines, instruments de musique, tableaux en tapa (tissus fabriqué avec de l’écorce végétale), paniers tressés... il y avait de tout.

https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/laure/_draft_post-1/20191217_Festival_Artisanat.jpg

Un peu plus loin il y avait les tatoueurs, car ceci fait partie de la culture polynésienne et les marquisiens sont connus pour être de très bons tatoueurs. Il y avait même une démonstration de tatouage à l’ancienne, c’est-à-dire avec un peigne qu’on tape sur la peau.

https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/laure/_draft_post-1/20191217_Festival_Tatoo.jpg

A l’autre bout, des gens s’affairaient à sculpter de gros tikis (statue représentant un homme ou une femme avec de très gros yeux) en bois ou en pierre. C’était intéressant de passer à différents moments de la journée pour voir l’avancement. Ce qui m’a impressionné c’est qu’ils y travaillaient à plusieurs, chacun faisant son truc avec un beau résultat final, comme si un seul sculpteur l’avait fait.

https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/laure/_draft_post-1/20191217_Festival_sculpture1.jpg
https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/laure/_draft_post-1/20191217_Festival_Sculpture2.jpg
https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/laure/_draft_post-1/20191217_Festival_Sculpture3.jpg

A plusieurs moments de la journée, nous avions des danses à regarder. Musiciens, chanteurs et danseurs sont venus de toutes les îles des Marquises ainsi que certains d’autres archipels. Il y avait même un groupe de Rapa Nui, île de Pâques. Cette île appartient au Chili et ils y parlent l’espagnol. Mais quand on regarde les gens, ce sont des Polynésiens, et ils aimeraient bien faire partie de la Polynésie.
Les spectacles de danse et de chants étaient similaires à la Heiva à Tahiti. C’était magnifique à voir et à entendre. Leurs costumes faits d’éléments naturels sont magnifiques. Un groupe de danseurs avaient utilisés des sacs de jute, Timeo m’a fait remarquer que ça sentait St-Nicolas, il avait tout à fait raison. Puis vint un groupe qui a aussi utilisé des sacs de jute, mais des anciens sacs de transport de copra (noix de coco séchées pour la fabrication de l’huile), ça puait le copra, l’odeur rance de la noix de coco, c’était assez désagréable.

https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/laure/_draft_post-1/20191217_Festival_danse.jpg

Il y avait plusieurs milliers de gens répartis sur tout le site, ce qui n’était pas si énorme et nous avons pu laisser les enfants jouer sur la place. Ils se sont retrouvés entre kid-boats et se sont bien amusés.

 

Le buffet de midi

Malheureusement j’ai loupé l’ouverture des fours et la procession, occupée à regarder le spectacle de danse de Tahiti. Stéphane lui est allé voir la procession. Le manger a été réparti sur les différents stands, représentés par chaque île marquisienne. L’énorme buffet a été ouvert après un chant, que je n’ai pas entendu non plus. J’ai entendu des tambours non loin d’où les danseurs faisaient leur show et je me suis demandée pourquoi ils faisaient 2 show en même temps. C’est mes enfants affamés qui sont venus me chercher pour faire la queue à l’un des buffets. Pour pouvoir être servis, il fallait avoir des récipients en matière naturelle, le plastique n’était pas toléré. Nous avions fabriqué des assiettes en bambou et en noix de coco avec l’aide de Manfred le chocolatier.
Le repas était gratuit pour tous, et si vous aviez vu la quantité de nourriture, c’était incroyable. On était quelques milliers, mais on aurait pu nourrir plus du double, j’ai jamais vu autant de nourriture. C’est comme ça aux Marquises, les buffets sont énormes, les gens se servent en très grande quantité et les restes vont aux cochons. On a appris qu’ils comptent 3kg de nourriture par personne pour l’organisation d’un kai kai (buffet).

https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/laure/_draft_post-1/20191217_Festival_Buffet.jpg

La nourriture locale c’est le poisson, cru au lait de coco ou cuit, les coquillages et crabes crus (je n’ai pas osé goûter), la chèvre, le cochon (sauvage, car plus fort que la chèvre), les bananes cuites, les purées de uru (le fruit de l’arbre à pain), de la purée de potiron et j’en passe. Il y avait tant de choses inconnues, impossible de goûter à tout.

https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/laure/_draft_post-1/20191217_Festival_divers.jpg

On a retrouvé Taina de l’île de Tahuata au Festival

 

Le retour

Le Festival des arts des Marquises continue jusque tard dans la soirée. Mais en fin d’après-midi, nous voulions retourner au bateau. Comme la plupart des « taxis » retournent après les spectacles du soir, il nous a fallu nous débrouiller en stop.

Un blanc de Papeete nous a ramené, il était en vacances chez un ami et avait les 2 petits enfants de l’ami dans la voiture. Il a trouvé assez ahurissant de savoir les voileux de l’autre côté de l’île sans bus et ne comprenait pas qu’avec des enfants nous n’étions pas venu dans la baie de Hakahau (pleine bien une semaine avant le Festival). Il a été encore plus étonné de savoir que nous étions au moins 10 bateaux d’enfants et de loin pas celui avec les plus jeunes. Il était heureux de faire une bonne action et avec l’argent du voyage il pourra faire le plein de la voiture de son ami.

Il a commencé à faire sombre, la piste était glissante. Les roues du pick-up ont patiné plusieurs fois avant de reprendre prise. Mais le moment où je me sentais le plus mal est lorsque la petite fille de 7-8 ans s’est mise à hurler d’arrêter la voiture et faire demi-tour car ils ne vont plus avoir d’essence. Elle hurlait cette même phrase pendant de longues minutes avant que le monsieur puisse la calmer, tout en continuant de conduire prudemment. La maman de la fille vient de Hakahetau et elle savait que c’était un long chemin.

Ils nous ont posés au village puis ont fait demi-tour. Nous espérons qu’ils sont bien rentrés à Hakahau. Vous vous rendez-compte, ils ont fait 40 minutes de trajet aller puis 40 minutes de trajet retour pour nous ramener au bateau ! Ce n’est pas en Europe qu’on trouve facilement des gens prêts à ça, même pour 50.-

Nous ne sommes pas retournés au Festival les autres jours. Le mercredi le spectacle se déroulait à Hohoi, au sud-est de l’île, ce qui doublait le chemin et le prix du voyage. Quant au dernier jour, c’était à nouveau plein de discours. Le fait de trouver un taxi pour le retour enlevait l’envie d’y retourner.

Comments