Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎

Accident tragique

publié le 24 sept. 2020 à 06:56 par Sailing Olena

Dimanche en fin d’après-midi je reçois un message bien triste. Eddie, le fils du bateau SEPTEMBER AM (ceux que j’ai aidés pour l’organisation et la surveillance de leur examen au collège de Taiohae) a été tué, heurté par un bateau alors qu’il faisait du snorkeling à Moorea. Eddie avait 14 ans, on les avait fêtés fin janvier sur la plage de Nuku Hiva.

Encore le soir d’avant, nous parlions de Moorea avec les TEMPTATION, que c’était un endroit dangereux, les prestataires touristiques foncent entre les bateaux au mouillage, que ce soit les jet-skis des hôtels, les bateaux de plongées, les bateaux de location, personne ne respecte la limitation de vitesse. Ils foncent, ils s’en fichent, en plus ils ne veulent plus de voileux à Moorea ! C’est d’ailleurs pour ça que nous avions presque toujours mouillé au fond de la baie de Cook, l’eau y est brune, mais au moins on y était plus en sécurité !

J’en informe l’association des voiliers de Polynésie (AVP), qui avaient déjà eu l’information. Le lendemain matin, rien à la radio. Puis certains journaux se contentent de recopier le message qu’a laissé l’AVP sur leur page Facebook. On se pose des questions pourquoi l’information met tant de temps à sortir, on en déduit que le conducteur devait être un local.

Dans l’après-midi ça passe enfin à la radio. Là nous apprenons qu’il s’agit d’un bateau de prestataire touristique, qu’Eddie a été blessé à la tête et au torse, qu’ils n’ont pas pu le réanimer, malgré que deux médecins étaient sur place avant l’arrivée de l’ambulance.

Barbara, la maman d’Eddie a laissé un message sur le groupe Facebook, comme quoi il était près du bateau en train de contrôler l’ancre. D’autres personnes auraient décrit la scène sur Facebook, comme quoi un Zodiak zigzaguait à une certaine vitesse entre les bateaux ancrés. Il serait parti après l’accident pour revenir ensuite.

Mes enfants sont choqués, car eux aussi nagent autour du bateau, mais surtout car Eddie était leur ami, qu’ils avaient passé pas mal de temps ensemble à Nuku Hiva pendant plusieurs mois. Longtemps, on était que 4 bateaux d’enfants, forcément, ça soude les amitiés.

3 jours après l’accident nous étions de passage à la marina et alors que nous sortions pour aller manger une glace je tombe nez à nez avec Barbara qui m’a sauté dans les bras. Peu avant j’avais hésité à aller demander à Amelie (la sœur d’Eddie) de nous accompagner, ne sachant pas si ce serait le bienvenu. Amelie est arrivée juste derrière sa maman et a sauté dans les bras d’Elina. Je suis partie avec les 4 enfants au resto manger une glace. Je suppose que ça lui a fait du bien, elle a eu plaisir, mais cette petite est dévastée et ça crève le cœur. Des accidents pareils, c’est révoltant !

Barbara m’a ensuite parlé de la cérémonie qu’elle voudrait qu’on l’aide à organiser. C’est une cérémonie que font les polynésiens quand un surfeur meurt. On se retrouve sur l’eau en cercle, et on jette des fleurs à l’eau. J’ai bien voulu l’aider, mais Barbara est si active à organiser mille et une choses, qu’il n’y avait pas grand-chose à faire.

 

La cérémonie

La famille allait se rendre à la cérémonie vers le mouillage de l’aéroport, où nous étions mouillés. Mais partout dans les mouillages polynésiens, des Marquises à Maupiti en passant par plein d’atolls des Tuamotu, et même aux USA, au Mexique, en Europe, des voileux ont fait une cérémonie à la mémoire d’Eddie.

Ce garçon, ainsi que sa sœur, nous avaient étonnés, de par leur maturité, leur intelligence, leur gentillesse et leur curiosité à tout. A la fin du cruisers net, Eddie prenait part en racontant des anecdotes de ce qui s’est passé ce jour-là dans l’histoire. Souvent il jouait de la musique avec des autres enfants de bateaux, il était très doué. Voilà pourquoi Eddie était si connu et apprécié par les voileux en Polynésie et partout où il est passé. Et les autres qui ne le connaissaient pas, c’est l’accident tragique, qui aurait pu arriver à tout le monde, qui les a interpellés. Car tous, on rage quand des bateaux rasent les nôtres à toute vitesse, c’est dangereux !

Nous avons essayé de former un cercle avec les annexes, puis la famille d’Eddie est arrivée de la marina à la tête d’un convoi d’annexes, le cercle s’est agrandi. Nous avons compté 37 annexes et petits bateaux. Barbara a mis de la musique qu’Eddie aimait bien, nous avons frappé des mains. Ensuite elle nous a demandé de faire du bruit pour lui, aucun son ne sortait de ma gorge, j’étais trop émue et je ne crois pas avoir entendu d’autre bruit que le frappement des mains provenant de notre annexe. Nous avons ensuite lancé des couronnes de fleurs à l’eau.

https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/laure/_draft_post/20200815_Cérémonie_Eddie_1.jpg

Nous en avions fabriqués le matin, comme appris aux Marquises. De plus, nous avons reçu des colliers de fleurs d’Andy, le président du Pacific Puddle Jump, l’AVP en a également distribué pas mal. Après avoir fait de grands splach dans l’eau, une fillette suivie d’Amelie se sont mises à l’eau. Elina est allée rejoindre son amie, suivie de près de la moitié des participants et de Cyliane et Timeo. Alors que presque tous portaient leurs masques sur les annexes, à l’eau tous étaient sans, ça ne plaisait guerre à Stéphane. Eddie était l’ami de nos enfants, tant pis pour les gestes barrières en ces moments, Amelie avait besoin du soutien de ses amis. Ce n’est pas une chose normale en tant qu’enfant d’enterrer l’un de ses amis.

Des tas d’images ont été postées sur le groupe French Poly Cruisers sur Facebook, de notre cérémonie ainsi que des autres, un peu partout ailleurs. Stéphane a pris des images à l’aide d’une perche. Nous les avons transmises à l’AVP. Barbara aurait aimé des images de drones, mais comme la cérémonie a eu lieu à côté de l’aéroport, c’était impossible.

https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/laure/_draft_post/20200815_Cérémonie_Eddie_2.jpg

 

Petite cérémonie au parc

La suite de la cérémonie se déroulait au parc de Papeete pour les gens qui connaissaient personnellement Eddie. Les enfants ont voulu y participer, je les ai accompagnés.

Etonnement, nous étions peu, peut être une vingtaine de personnes. Barbara avait préparé un grand collage de photos d’Eddie. Elle nous a raconté sa vie, ses passions. Nous avons partagé des souvenirs. Je me revois grondant Eddie, car à leur retour de la baie Collette, où les enfants avaient l’habitude d’aller en groupe (accompagnés d’un ado de 18 ans), Timeo ne voulait parfois plus marcher, se disait fatigué, alors Eddie le prenait sur son dos, quitte à se faire mal alors que mon fils a des jambes qui sont pleines d’énergie ! C’était Eddie, un garçon adorable, parfois trop gentil.

Puis Amélie a joué de la harpe, une fille a joué du violon, dont une chanson qu’elle avait joué en duo avec Eddie, qui jouait également du violon.

Barbara avait fait un cake, j’ai amené des biscuits, une dame a amené des boissons. C’était un moment qui a fait beaucoup de bien à tous.

C’est une fois la nuit tombée que nous sommes retournés au bateau. Suivant le chenal marqué de feux sur les bouées. C’est là que nous avons réalisé qu’entre le début et la fin de la piste de l’aéroport, aucun feu ne fonctionne. C’est à vitesse d’escargot et en suivant les rares bateaux de locaux que nous avons rejoint OLENA.

 

Décisions aberrantes

Je ne peux pas taire les décisions aberrantes qui ont été prises suite au décès d’Eddie. Comme je l’ai déjà mentionné, Moorea aimerait bien se débarrasser des voileux, pour le faire les politiciens étaient en train de faire un nouveau décret, mais suite à l’accident, des politiciens tahitiens avec le maire de Moorea sont allés visiter les lieux et ont décidé, d’y interdire l’ancrage ! Un voileux se fait tuer par un local, on punit les voileux ! Je ne vous cache pas que Barbara, la maman d’Eddie, est consternée.

Pour vous expliquer l’absurdité de cette décision, il me faut décrire le lieu. C’est entre la plage publique et le récif corallien, le lieu n’est pas très large. Les voiliers mouillent contre le récif car le chenal balisé, limité en vitesse, passe tout près de la plage, donc des baigneurs ! Depuis bien 3 ans l’AVP (Association des Voiliers de Polynésie) demande à faire passer le chenal du côté du récif afin de protéger les baigneurs. Une des politiciennes de Moorea a expliqué à la TV que le changement de balisage n’était pas envisageable car ça casserait du corail ! Le chenal proposé étant hors du corail, je ne comprends pas sa logique.

Les prestataires, toujours plus pressés pour amener toujours plus de touristes, passent le long de ce chenal, voire même entre les bateaux mouillés, à toute vitesse, car ils savent que malgré la limitation de vitesse, ça n‘est pas contrôlé.  A présent enlevez les bateaux au mouillage et devinez la suite. Combien de temps jusqu’au prochain mort ? La mort d’Eddie n’aura servi à rien. Sans bateau au mouillage, les prestataires pourront aller encore plus vite, et une petite tête de baigneur ou snorkeleur ne se voit pas très bien. Je plains les touristes et les locaux qui auront l’idée d’aller visiter le récif à cet endroit. Ce n’est pas moi qui voudrais traverser cette autoroute à speed-boats et jet-skis.

Comments