Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2018-19 Caraïbes‎ > ‎

Visite de l’orphelinat

publié le 26 sept. 2018 à 00:27 par Sailing Olena   [ mis à jour : 26 sept. 2018 à 00:27 ]

GRAN LARGO nous propose de se joindre à eux pour aller visiter l’orphelinat, où ils se rendent de temps à autre. Les enfants ont beaucoup de plaisir à jouer avec Chacco.

Nous voilà parti pour une grande marche, car ce n’est pas à la porte d’à côté. Pour ne pas repasser par des chemins que nous avions déjà empruntés, nous passons à côté de l’ancien parlement, bâtiment en ruine (ouragan Ivan en 2004) et la cour de justice. Nous profitons de la vue et partageons quelques paroles avec le garde.

Puis nous arrivons dans des quartiers pas touristiques, nous voyons des maisons de bois qui penchent, d’autres en pierre jute à côté. Puis un petit magasin, ouvert ce dimanche. Nous y faisons un petit tour et un homme m’interpelle. Avant sa retraite, il travaillait sur des bateaux et a été en France ! Il nous raconte plein de choses. Puis il me demande si je veux bien l’aider à acheter du poulet pour son repas du soir avec son fils. Je lui demande quoi exactement, il se rend au congélateur, cherche parmi les paquets et en sort un avec quelques cuisses pour moins de 5€ ! Je paye le poulet et informe la dame de l’emballage (à Grenade, il y a toujours 2 personnes à la caisse, celle de la caisse et celle qui emballe) que c’est pour le monsieur encore à l’intérieur du magasin.

Après une petite halte pique-nique, nous voilà arrivés à l’orphelinat. Certains garçons accourent vers Chacco, on voit qu’ils le reconnaissent. Par contre c’était pas le cas de la responsable, qui n’était pas très sympathique et un peu méfiante. Comme les enfants hurlaient et sautaient de partout, Véronique leur a demandé d’aller s’asseoir. Elle leur a expliqué que Chacco était un chien entraîné et un chien de sauvetage. Chaque enfant qui le voulait a pu faire un petit tour en le tenant en laisse, le caresser et lui faire des câlins.

Pendant ce temps, nous étions assis sur les escaliers avec les autres enfants. A peine assises voilà des petites qui viennent nous tripoter les cheveux. Ce n’est pas la première fois que nous voyons que les filles de couleur adorent jouer avec nos cheveux. Pour elles, nous avons les cheveux de princesses, car la plupart des princesses de contes de fées sont blanches aux cheveux blonds ou bruns. Elles se mettent à plusieurs à tresser Cyliane et moi, elles tirent fort et deux se mettent à se chamailler. Elina nous rejoint et leur dit qu’elle aussi a des cheveux. Les filles étaient ravies, 3 têtes à tresser. L’une des petites était sur mes genoux et tressait Cyliane, qui ne bronchait pas quand elle tirait.

L’un des garçons m’a demandé l’âge des enfants, lui avait 10 ans. Quand je lui ai dit qu’Elina en avait 12, il était impressionné et lorsque je lui ai dit que d’ici 2 ans il aura également 12 ans, il était surpris. Apparemment il ne savait pas vraiment compter le pauvre.

Cet orphelinat a des enfants orphelins qui y restent des années, mais aussi des enfants de familles en difficulté qui pourront retourner dans leurs familles d’ici un moment plus ou moins long. Il y a des frères et sœurs, des enfants de tout âge.

L’une des surveillantes, une jeune, était adorable. Elle avait une petite fille sur ses genoux. Mais la responsable elle, était très sévère. A notre départ, alors que nous longions les barrières (hautes de 2m au moins), les enfants nous ont suivi de l’intérieur et nous disaient au revoir. Ils se sont bien fait gronder par la responsable qui brandissait un bâton. Ça m’a surpris, ils étaient à l’intérieur et ne risquaient pas de s’échapper. De plus, le portail a toujours été grand ouvert, ce n’est donc pas la peur de s’échapper. Je n’ai pas compris pourquoi ils ne pouvaient pas nous suivre le long de la barrière.

En tant que maman, c’est dur de voir des petits dans un endroit pareil. Il est fréquent que les ados sortant de là finissent un jour en prison, car ils n’ont pas beaucoup d’avenir dans ce petit pays. En partant, on a presque envie d’en prendre quelques-uns pour leur donner un peu plus de chance dans la vie.

Comments