Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2018-19 Caraïbes‎ > ‎

Union Island, Chatham - Clifton

publié le 28 juil. 2018 à 23:29 par Sailing Olena   [ mis à jour : 28 juil. 2018 à 23:29 ]

Jo & John d’OUT OF AFRICA à bord, nous levons l’ancre de bon matin. Nous avons fait tout le trajet au moteur, il y avait peu de vent et nous étions contre le vent. Nous avons passé un chouette moment avec eux, pu discuter plus que d’habitude aux BBQ des plaisanciers.

On pose l’ancre à Clifton, je pars avec Jo & John faire la clearance. On arrive ½ heure après l’ouverture des bureaux, c’est la queue, les employés ne sont pas encore là. Tim de PIERINA est impatient de faire sa clearance de sortie, pour remonter avec Jo & John à Chatham chercher OUT OF AFRICA et partir sur Carriacou, car le lendemain matin, il doit prendre un vol pour aller à l’étranger.

Après une bonne dose de patience, le remplissage de formulaires (les mêmes qu’à l’entrée) et la visite de 2 bureaux, nous voilà en règle pour sortir du pays. Je fais encore un saut au bancomat, fais quelques achats et retourne chargée comme un mulet à notre annexe. Je vois un gros nuage noir qui arrive et hésite. Bah, c’est de l’eau douce et je peux planquer les papiers du bateau dans le coffre de l’annexe.

Je pars sous un torrent d’eau et des rafales de vent et arrive au bateau au moment où notre génacker, que nous avions démêlé, enroulé à la main et remonté, commence à s’ouvrir. Il n’y a pas 36 solutions, il faut l’affaler ! Oui mais avec la force du vent, en l’affalant, la partie ouverte s’est prise dans la barre de flèche (barre horizontale dans le mat), on ne peut pas tirer, on va déchirer la voile, je dois grimper au mat puisque Stéphane a le dos bloqué. Je vais chercher le harnais et un baigneur me demande s’il peut venir aider. Je ne l’avais pas reconnu, c’est Simon du kid-boat BRITICAN ! Au même instant, le fils de GRAN LARGO, qui finissait d’ancrer à nos côtés, saute à l’eau et vient à la rescousse !
Tout s’enchaîne très rapidement, Stéphane a préparé des bouts (cordes) pour fermer la voile avant de la descendre pour minimiser la prise au vent. L’autre Stéphane (GRAN LARGO), un militaire de la marine française, a grimpé au mat à toute vitesse, sans même que je doive le tirer, hélas dans la précipitation il a oublié les bouts ! Il a sorti la voile de la barre de flèche et prise dans le vent, elle partait dans tous les sens. Simon était pendu à sa base et se faisait secouer comme un drapeau pendant que mon Stéphane gérait la drisse (corde qui tient la voile en haut du mat) et que moi je gérais l’autre drisse pour refaire descendre l’autre Stéphane du mat.
Si on nous avait filmés, je crois que ça aurait été bon pour vidéo gag ! Et tout ça n’a pas arrangé le dos de mon Stéphane.

Merci à Simon et Stéphane pour leur aide spontanée, sans eux, nous n’aurions pas réussi !

Ce qu’on a ragé n’avoir pas essayé de choper un moment avec moins de vent pour dérouler ce génacker et l’enrouler correctement ! Je m’en veux n’avoir pas fait plus attention à ce que faisaient mes mains lorsqu’on l’a enroulée en naviguant.

Comments