Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2018-19 Caraïbes‎ > ‎

Marigot Bay (Sainte Lucie), 12-14.02.2018

publié le 19 févr. 2018 à 17:18 par Sailing Olena   [ mis à jour : 19 févr. 2018 à 18:24 ]

Marigot Bay est une magnifique baie entourée de Palétuviers, une plage déborde au milieu de la baie, ce qui lui donne la forme d’un B, et à l’arrière, c’est un port avec pontons d’un côté et bouées de l’autre. Le film Disney Doolitle de 1967 a été tourné dans cette baie.

A l’entrée un boat boy voulait nous vendre la dernière bouée. Nous ne savions pas encore ce que nous voulions et sommes allés jusqu’au fond de la baie, dans la marina. Il y avait quelques places, mais ça paraissait bien cher, et les seules bouées libres étaient assez au fond, il aurait fallu zigzaguer entre les bateaux très proches les uns des autres, ce qui est plus difficile avec la largeur d’un catamaran. En retournant, la dernière bouée était prise, mais le côté nord, les bateaux étaient à l’ancre, nous avons donc ancré.

Les hommes ont pris l’annexe et sont allé boire l’apéro au bar « happy hour ». Un bar-restaurant est au niveau de la plage avec un ponton a annexe, c’est facile d’accès. Ils y ont rencontré d’autres suisses vivant sur un trimaran. Il y avait également un tout gros bateau Suisse, mais eux sont d’un autre monde et ne saluent pas les petits navigateurs suisses. Et au fond, un gros bateau avec un hélicoptère sur la plage avant.

Le lendemain nous avons profité du resto, de se promener dans cette baie et de ne rien faire. Nous avons recroisé les gens du trimaran suisse puis un autre couple d’un monocoque suisse est arrivé et s’est attablé avec nous. Le temps n’était pas génial, toutes les 45 minutes environ il pleuvait des cordes pendant une dizaine de minutes. Mais comme il fait chaud, ça sèche vite, et la pluie rafraîchit, ce qui fait qu’on n’a pas trop chaud. Puis ce fut un peu tard pour se rendre à la prochaine baie, nous sommes donc restés une nuit de plus dans ce magnifique endroit.

Nous avons dégusté nos mangues et réalisé qu’une avait été entamée par des animaux. Passant tous les fruits et légumes dans leur bain d’eau salée pour éliminer les indésirables, c’était bizarre. Et le gros trou me rappelait fort le passage des flying foxes dans le manguier en Australie. Nous avons eu la confirmation, ce sont les chauves-souris qui ont trouvé nos mangues dans notre filet.

D’autres bateaux sont venus ancrer près de nous et nous avons passé une soirée TV à faire découvrir un film français, les Visiteurs, à nos amis suisses-alémaniques. Je me rends dans la chambre pour chercher un câble pour le haut-parleur que je vois une lumière bleue tout près du hublot. Je sors et vois le catamaran ancré en diagonale de nous, avec des lumières bleues sous la coque, qui dérive et nous passe à 2 mètres de distance. Toutes lumières allumées mais personne en vue, je me mets à siffler très fort. Un bateau devant nous a sorti une torche et commencé à faire des appels de phares, avant de donner l’info par VHF espérant que les proprios écoutent. Pour finir, on descend l’annexe et on va voir le nom du bateau, tout est ouvert, de l’arrière je crie à l’intérieur si quelqu’un serait couché, personne. On passe vers l’autre bateau à la VHF les informer du nom du bateau et on se rend au bar-resto. Stéphane les as trouvé et de suite les hommes ont sauté dans leur annexe pour aller sur leur catamaran. Pas un merci, même pas le lendemain ! Ils ont juste demandé si leur catamaran avait touché le nôtre. Quand nous avons raconté ça à nos amis, leur question première était si c’était des français, notre réponse positive ne les a pas étonnés.

Le lendemain nous prenions un café tranquillement dans le cockpit laissant les enfants dormir que je découvre le message de Jürgen, qui nous avait réservé une place à la Marina de Rodney Bay, dépéchez-vous, le marinero pense que le temps va se gâter (niveau vent et vagues). Il ne nous a pas fallu long et nous étions en route, sans avoir mangé quoi que ce soit.

Comments