Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2018-19 Caraïbes‎ > ‎

Réveillés par un fou furieux

publié le 20 juin 2018 à 19:47 par Sailing Olena   [ mis à jour : 20 juin 2018 à 19:47 ]

Nous étions ancrés au coin de 2 chenaux, et lors du départ de notre voisin qui était au bord, nous avons trouvé utile de sortir notre lampe flash pour se faire voir. Car un bateau à l’ancre de nuit, il y a juste une petite lumière blanche tout en haut du mat. Quand on est devant une ville, le bateau n’est pas très visible. MABUHAY nous avait remis une lampe flash blanc/rouge, lampe qui ne peut se confondre avec aucun signe maritime, c’est ce que nous utilisons.

Quelques nuits plus tard, à 1h du matin, voilà que quelque chose tape notre coque. On se réveille, on écoute. Ça recommence. Direct, on saute du lit et allons voir. Il y a un type sur son annexe qui cogne sur notre coque et se met à hurler en anglais « d’enlever notre *** de lampe flash ou il va l’arracher lui-même ». Ouh-là, sur ce ton-là mon coco, avec moi tu n’arriveras à rien ! Je sors comme une furie sur notre jupe arrière (escaliers) et lui tiens-tête. La conversation s’envenime un peu, je lui dis d’aller continuer de picoler et de nous ficher la paix. Stéphane se tenait à l’intérieur du carré avec un outil à la main, au cas où un autre arriverait par l’autre côté et essayerait d’entrer.

Le type me prend de haut, j’en fais pareil. Il me dit « t’es allemande » et moi le rabaisse, car il ne sait même pas reconnaître un pavillon (drapeau à l’arrière du bateau qui indique dans quel pays est immatriculé le navire). Bref, pour finir, la conversation a continué en allemand, car lui était allemand et je lui explique comme à un gosse que quand on voudrait quelque chose il y a la manière de demander et des mots magiques à utiliser. Le type me regarde bouche-bée quelques secondes, s’excuse, se présente et me demande poliment d’enlever ma lampe flash, qui selon lui dérange la navigation car pourrait être confondue à une bouée cardinal nord (heu…. c’est blanc et non blanc/rouge). Il argumentait en racontant tout ce qu’il a fait et qu’il aurait été un des développeurs du Parasailor (voile). Quand je lui ai dit qu’on en avait un à bord et qu’on l’avait déchiré en transat, du coup j’étais sa copine et il voulait venir nous apprendre à naviguer au Parasailor le lendemain.

Pour finir, on a enlevé notre flash, qui après renseignements ne peut vraiment pas être confondue avec un signe maritime, pour ne plus être dérangé, mais nous n’étions plus très tranquilles de nuit, jusqu’à ce qu’on ait eu de nouveaux voisins côté chenal. Et lui, n’est jamais repassé pour nous apprendre l’utilisation du Parasailor.

Comments