Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2018-19 Caraïbes‎ > ‎

Peter Island

publié le 22 janv. 2019 à 21:59 par Sailing Olena   [ mis à jour : 22 janv. 2019 à 21:59 ]

Nous nous rendons à l’île voisine pour y passer la nuit. L’ancrage n’est pas facile car la baie est profonde. Il y avait une jolie place tout contre la plage, mais une canadienne dont son bateau était à bonne distance m’a gonflée comme personne. Elle prétendait avoir son ancre où nous pensions poser la nôtre. Avec l’eau cristalline, je voyais le fond comme à travers une vitre et il n’y avait ni ancre, ni chaîne. De plus, selon la position de son bateau, ça me paraissait peu probable. Mes doutes ont été confirmés lorsqu’ils l’ont montée le lendemain, son ancre était à bien 20 mètres au moins d’où nous pensions nous mettre.
Alors qu’on attendait à côté de cette canadienne pour voir ce que trafiquaient les voisins de l’autre côté, car ils tiraient leur ancre, la bonne femme continuait de hurler « Olena, DON’T put your anchor here ! ». C’est bon, je ne suis pas sourde, je lui avais déjà répondu plusieurs fois ! Je n’ai pas pu m’empêcher de lui crier dessus qu’elle se taise et qu’elle attende ! Quelle conne celle-là ! J’aurais dû suivre mon instinct et sauter à l’eau pour lui prouver qu’elle avait tort, rien que pour la lui coincer. On en a vu des vertes et des pas mûres, mais une personne aussi chiante que celle-ci, encore jamais !

Le nouveau bateau bar-restaurant Willy T se trouve dans cette baie, il était clair que nous devions aller y faire un tour. Les enfants n’ont pas voulu nous y accompagner, ils préféraient voir Heidi à l’ordinateur.
Le ponton était rempli d’annexes, de petits bateaux moteurs étaient accrochés des 2 côtés du resto, les uns attachés aux autres. L’ambiance est très américaine, comme l’origine de la plupart des clients. J’avais l’impression de voir « Américan Pie » en live, mais là ce n’était pas des ados, ils avaient entre 30-60 ans si pas plus. Le niveau des américains en vacances sur les bateaux charters vole bas !
Je photographiais le bar, et le serveur – américain - s’est mis à faire des gestes obscènes pour attirer mon attention sur l’énorme pénis accroché à une pompe pour boisson glacée, que nous n’avions même pas encore remarqué.
Le cocktail au rhum local s’appelle « Painkiller » la traduction mot pour mot est « tueur de douleur », la vraie traduction serait « anti-douleurs ». Si j’ai bien compris, c’est un mélange de rhum, jus d’orange, jus d’ananas et lait de coco. Stéphane aime bien et j’ai pu prendre mon premier virgin painkiller, un painkiller sans rhum. Excellent !
https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/blog-laure/_draft_post/20190120_WillyT.jpg
Comments