Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2018-19 Caraïbes‎ > ‎

Martinique, Fort-de-France

publié le 19 mai 2018 à 21:48 par Sailing Olena   [ mis à jour : 19 mai 2018 à 21:48 ]

Je voulais faire un petit saut à Fort-de-France avant de rejoindre Le Marin, où de tas de réparations nous y attendent. Stéphane, en apprenant qu’un shipchandler y était 20 pourcent moins cher qu’au Marin, était de suite d’accord.

Arrivés le soir de la fête des mères, nous sommes restés en ville pour se manger un petit quelque chose. Les enfants passant devant le Mac Donald savaient déjà ce qu’ils voulaient. On est allés plus loin et avons trouvé de la concurrence, BKB. Nous ne connaissions pas, et ce fut une super bonne surprise. Les burgers y étaient plus grands et excellents, la viande très bonne et bien épaisse. Et les frites à la patate douce, un délice !

Nous avons enfin pu ressortir nos trottinettes, qui n’avaient plus vu le jour depuis Tenerife ! Elles ont un peu rouillé, mais sont fonctionnelles. Alors que Stéph faisait les magasins de bateaux, les enfants et moi avons passé l’après-midi à la bibliothèque. Nous adorons cet endroit. Le bâtiment est superbe (construit par G. Eiffel), et l’espace jeunesse est sympa. J’ai lu plein de livres aux petits pendant qu’Elina lisait à gauche et à droite, magazines, livres et fouillait dans les Harry Potter et autres livres.

Nous avons aussi enfin trouvé un magasin de tissus ! Depuis la France, je n’en avais pas trouvé. On trouve des tissus aux couleurs des Antilles, mais moi je cherchais des couleurs unies pour faire les pavillons de courtoisie. C’est les drapeaux du pays dans lequel nous nous trouvons que nous devons monter au mat. Nous en avons déjà pas mal reçu de la marraine d’OLENA, qui a voyagé autour du monde à bord de MABUHAY, mais on visitera des pays qu’ils n’auront pas forcément visité. Certains de ces pavillons sont assez cher, par exemple celui de la Barbade, c’était 30€ ! Ça fait une occupation sympa à faire avec les enfants, cours de couture ! Par contre, je n’ai pas trouvé d’autres tissus que j’aurais bien pu utiliser pour protéger notre canapé en cuir.

Le gréeur qui était passé faire des corrections sur le bateau de nos amis SINA est passé contrôler notre gréement. Tout est OK, rien n’a bougé. Par contre on a du travail, il a vu plein de choses à faire, dont des travaux pas agréable, comme le remplacement des billes des chariots de la grand-voile. Lui a compris pourquoi les cordes de nos ris se cassent, vu comment c’est fait, ça ne peut que se casser. Il nous a expliqué comment remédier au problème, c’est pas si facile d’utilisation ! On a du boulot sur la planche en plus de tout ce qu’on avait déjà. Mais c’est important de faire ces choses avant de passer dans le Pacifique, car là-bas, ce sera encore pire pour trouver le matériel nécessaire.

Comments