Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2018-19 Caraïbes‎ > ‎

Les San Blas

publié le 23 févr. 2019 à 19:34 par Sailing Olena   [ mis à jour : 23 févr. 2019 à 19:43 ]

Le lendemain du payement, nous levions l’ancre dès l’aurore, pour rejoindre l’archipel des San Blas. C’est plein de petites îles et îlots, pas très loin des côtes panaméennes, entourés de récifs. Les îles appartiennent et sont habités par des Gunas, un peuple amérindien. Ils sont petits, après les Pygmées, c’est le 2ème plus petit peuple au monde.
L’archipel fait partie du pays de Panama, mais les Gunas ont pas mal d’indépendance et continuent à se battre pour la garder.

Comme nous l’avions lu sur le blog de VAGABOND, les San Blas se méritent ! Pour s’y rendre depuis Colón, on navigue les 25 premiers miles (environ 5 heures) contre le vent, le courant et les vagues. Ce n’est pas une partie de plaisir ! Ensuite on peut changer de cours et ça va mieux.

Le chemin est très fréquenté, nous croisons, suivons et sommes suivis par de nombreux autres voiliers. On croise des navires qu’on a déjà croisés dans les Antilles, on reconnait les noms sur l’AIS, sans forcément connaître les propriétaires. Nous avons eu le plaisir d'avoir la visite de quelques dauphins.

C’est au coucher de soleil que nous posions l’ancre vers Chichime, l’une des premières îles de l’archipel.

https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/blog-laure/_draft_post/20190206_dauphins_rodéo.jpg
 

Chichime

Ce serait l’île la plus touristique et aussi la plus sale. Avant même avoir pu nous rendre à terre, voilà qu’un bateau Guna vient nous accoster. Un homme, 2 femmes, 2 garçons et un bambin. Les femmes vendent leur bracelets et molas, des tissus cousus à la main, avec de superbes motifs.

Nous n’achetons jamais de souvenirs, nous n’avons ni la place, ni l’envie d’alourdir notre bateau avec des ramasse-poussières. De plus, ça nous diminuerait nos économies. Mais là, c’était différent, j’avais vraiment envie d’acheter quelque chose, j’avais envie d’un petit souvenir des Gunas. J’ai trouvé 3 petits molas ronds que je pourrais accrocher à un mur.

Puis elle me demande du lait, malheureusement on n’en avait plus beaucoup et je n’avais pas pu en acheter à Colón à cause du poids à porter. Puis elle me demande des habits en montrant mes enfants. Ça tombait bien, j’avais un tas d’habits trop petits de Cyliane et Timeo. Elle les a pris avec grand plaisir.

Elina a troqué un de ses porte-monnaie contre un bracelet, Cyliane a acheté un bracelet avec son argent. Les bracelets sont faits d’un long fil (1m ou plus) avec des perles, qu’ils enroulent autour du poignet en l’attachant ensemble. C’est très joli.
https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/blog-laure/lessanblas/20190207_Gunas.jpg
Nous faisons ensuite un tour de l’île, on y trouve des cases avec des lits, nous supposons qu’il s’agit de dortoirs pour touristes. L’île, très petite, est truffée de touristes et on y trouve même un bar et une case tapissée de magnifiques molas à vendre. Du côté du vent, le plastique flottant s’entasse sur les plages. De l’autre côté, on trouve des détritus plastiques et autres abandonnés sur place.
https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/blog-laure/_draft_post/20190207_Chichime1.jpg
 

Hollande Cays, Banedup

Nous levons l’ancre et naviguons 3 heures avant d’arriver vers Banedup, où se trouvent déjà pas mal de bateaux. On y retrouve les autrichiens APATIKI & SNOWFLAKE qu’on avait déjà vus à Grenade. Timeo est allé rejoindre APATIKI avec la paddle board pour jouer avec les garçons et l’une des filles de SNOWFLAKE qui s’y trouvait également.

Alors que Stéphane était chez SERENITY, voilà un Guna qui arrive en canoë. Tout d’abord je ne comprends pas sa question, ne me souvenant plus si le mot voulait dire arriver ou partir. Mais on s’est très vite compris et le monsieur est venu à bord remplir la quittance. Il encaissait les droits de visite des îles (10 US$ valable un mois !). Nous sommes partis dans une bonne discussion. Nous avons beaucoup parlé de son peuple, que j’admire beaucoup. C’est à ma connaissance, un des seuls peuples amérindiens qui a survécu aux conquistadors. Puis il me dit qu’il me faut venir le visiter sur son île, il y vit avec ses petits-enfants de l’âge des miens. Il me parle de leur cuisine avant de partir encaisser chez SERENITY. Là-bas il était tout fier de dire à Stéphane, que je connaissais beaucoup sur le peuple Guna.
https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/blog-laure/_draft_post/20190207_Chichime2.jpg
Comments