Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2018-19 Caraïbes‎ > ‎

Les préparatifs pour le passage du canal

publié le 23 févr. 2019 à 19:22 par Sailing Olena   [ mis à jour : 23 févr. 2019 à 20:08 ]

C’est d’un commun accord avec SERENITY que nous avons décidé de faire les démarches sans passer par un agent (monmode d’emploi). Nous sommes munis des informations de notre ami Gérald de GABIN et du petit voilier suisse VAGABOND, alors que SERENITY a des informations similaires d’autres plaisanciers. Ca nous parait pas si difficile à faire et ça nous économise 350US$ voire plus.

Le soir de l’arrivée de SERENITY, nous avions envoyé le mail de demande de mesure (chaque  bateau doit être mesuré) avec demande de rendez-vous le lundi 4 février. Nous sommes censés recevoir un mail de confirmation le lendemain, l’ayant envoyé le jeudi soir, on ne s’est pas inquiétés avant lundi, vu qu’aucun de nous n’avons reçu le mail.

Lundi matin, alors que Susanne, les enfants et moi étions en balade à travers la forêt vierge, Jost a appelé le bureau pour avoir un rendez-vous pour les mesures. Ils n’avaient pas reçu mon mail ! Apparemment j’ai ajouté une virgule dans l’adresse mail et on ne s’en est pas rendu compte. Ce ne fut pas un problème, Jost avait mes données et ils allaient venir pour les deux bateaux à l’instant ! Ils étaient déjà chez SERENITY alors que Stéphane revenait de la marina après nous avoir déposés et organisé quelques bricoles. Il s’est chargé de transmettre le document manquant et les deux bateaux furent mesurés. La paperasse et les infos seront faites au resto de la marina.

Alors que nous appelions nos maris pour avoir un taxi retour aux bateaux, les voilà qui arrivent à toute vitesse. Les inspecteurs du canal nous attendent au resto !

Nous avons eu, chaque bateau, notre propre inspecteur, les uns après les autres. C’était intéressant, car chaque inspecteur insistait sur d’autres faits. Les passages les plus importants sont de niveau sécurité, ils contrôlent si nous avons le matériel nécessaire à bord. Puis ils nous conseillent de couvrir nos panneaux solaires, car des pommes de touline (balle faite avec le bout d’une corde) sont lancées aux bateaux et ça pourrait faire des dommages. Ils nous informent ensuite qu’il nous faut des bouts (cordes) d’une certaine longueur et dimension, plein de pare-battages et qu’en plus du capitaine, qui sera assisté par un pilote du canal et ne pourra pas quitter la barre, il faut 4 linehandlers, une personne à chaque amarre.

Ensuite viennent les informations d’organisation. Nous devons nourrir les équipiers et le pilote, menu chaud et non végétarien de préférence. Pour la boisson, il faut prévoir de l’eau en bouteille scellée, car le pilote ne boit pas d’eau du dessal ou des cuves. Il faut organiser un toit étanche et contre le soleil sur la barre pour le pilote (heureusement, c’est le cas chez nous). Nous devons également avoir des toilettes fonctionnelles avec cuves de récupération. Normalement nous passerons la nuit au lac Gatùn et passerons ainsi le canal sur 2 jours. Dans le lac, à part le pilote, personne ne quitte le bateau et aucune ballade en annexe n’est autorisée. Il y a des crocodiles !
Certains points nous ont fait sourire, beaucoup nous étaient déjà connus.
https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/blog-laure/_draft_post-1/20190204_mesures_panama_canal.jpg
Comments