Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2018-19 Caraïbes‎ > ‎

Les formalités douanières à Nevis

publié le 18 déc. 2018 à 18:15 par Sailing Olena   [ mis à jour : 18 déc. 2018 à 18:55 ]
Après une jolie navigation de 6 heures, nous prenions une bouée à Nevis. Ça faisait un moment que nous cherchions l’occasion d’avoir une bouée pour pouvoir changer notre chaîne d’ancre. De plus, dans ce pays on paye par nuitées, qu’on ancre ou prenne une bouée, ça tombait donc bien !

Nous avons laissé les filles, embarqué Timeo et une VHF et sommes partis faire les formalités douanières. Au bureau douanier, la dame n’était pas très enthousiaste de devoir travailler, mais elle avait un petit faible pour Timeo, à qui elle faisait de gros sourires à tout moment.
Le bureau d’immigration occupé, nous avons été voir les autorités portuaires, rempli d’autres documents et payé de nouveaux frais. J’avais lu qu’il y avait pas mal de frais, mais les 191ec demandés (~64€), nous ont quand même surpris. Après avoir fini les papiers, le monsieur s’est mis à rayonner et nous a raconté toute son île, les choses à visiter, l’histoire etc… C’était sympa !

Ensuite Stéphane est allé seul au bureau de l’immigration. Ca durait bien long, puis il vient me chercher. Les deux bonnes femmes, de vrais teignes, voulaient qu’on se fasse un compte sur un site qu’ils utilisent, pour y enregistrer la liste d’équipage et autres informations. Il l’a fait sur son GSM, mais le site n’acceptait pas notre adresse e-mail. Les bonnes femmes lui répétaient d’entrer une adresse valide. Il avait beau leur montrer notre carte de visite, notre site internet, rien n’y faisait. Elles voulaient qu’on se logue dans notre mail ! Je rentre les données dans leur ordinateur, et l’une se met à étudier notre boîte mail. On se demande bien ce qu’elle pouvait y trouver. J’ouvre un mail et lui montre l’adresse qu’a utilisé l’expéditeur, la même que leur site refuse.

Alors qu’un capitaine Guyanais a dû revenir à l’immigration se prendre la tête, j’ai profité de réessayer l’inscription sur leur ordinateur et miracle, ça a marché ! Je continue de suivre le mode d’emploi reçu, télécharge un document Excel, le remplit de nos données et me heurte à des codes ISO ou autres pour les ports d’entrée et sortie. Je leur demande et là je me fais engueuler ! Elles voulaient pourtant que nous faisions ça sur-place ! Bein non, juste le compte, le reste, débrouillez-vous ailleurs mais faites-le vite, car sinon vous êtes passible d’une grosse amande !

Une heure et demie plus tard, nous ressortions un peu dégoûtés. C’est la clairance la plus pénible que nous avions faite et certainement l’une des plus chère. Espérons que le pays en vaille la peine !

Le soir, je recommençais avec mon formulaire Excel, et au moment de charger mon document rempli sur le site, erreur, code iso incorrect ! Pourtant j’avais téléchargé les 3 listes de codes qu’on trouvait sur le site ! J’ai essayé les deux différents codes du pays (2 puis 3 lettres), puis les codes des ports, impossible. J’ai tout enregistré sur une clef USB et me suis rendue le lendemain à l’immigration.

Je dérangeais l’employée, en plein visionnage d’un film sur internet, elle me l’a bien fait sentir ! Sa collègue, n’avait aucune idée de quoi je parlais et aucune ne voulait couper le film pour insérer ma clef USB. L’une a quand même sorti une liste qu’elle m’a copiée et m’a donné des codes à 5 lettres à essayer, tout en me disant que ceux de la clairance de sortie m’aideront si j’y arrivais pas. Tiens donc, ce n’était plus si urgent à faire tout à coup et j’avais plus d’amende qui me pendait au nez ?

C’est quelques jours plus tard que j’ai pris le temps à finir cette liste. Effectivement, il fallait mélanger 2 codes, l’un à 2, l’autre à 3 lettres pour avoir le code demandé par le site !
Si on avait su cela avant, on se serait épargné bien des énervements et du temps à la clairance. J’avais vu sur le guide qu’ils étaient sur un site internet pour la clairance, mais je croyais avoir reconnu le nom du site qu’utilise Antigua et je nous savais déjà inscrits, ce pourquoi on n’avait rien fait.
Comments