Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2018-19 Caraïbes‎ > ‎

La visite de l’île

publié le 16 mars 2018 à 22:29 par Sailing Olena   [ mis à jour : 16 mars 2018 à 22:29 ]

Nous avons lu quelques guides de la Martinique et n’avions pas d’idée précise sur ce que nous voulions vraiment visiter. Nous sommes donc partis cap au nord, pour voir les forêts tropicales, direction le Morne Rouge. Dès la sortie de Fort-de-France voilà qu’on voit l’église dont je venais de lire qu’il s’agissait d’une petite réplique du sacré cœur. Elina et moi aimant les vieilles pierres (églises et châteaux), on a fait une petite halte pour y découvrir une superbe vue sur la ville.

Puis la route devenait de plus en plus sinueuse, traversant une énorme forêt tropicale, on se serait crus dans un énorme jardin botanique. Même Elina était scotchée à la fenêtre de la voiture à admirer les plantes, arbres et fleurs. Des Balisiers, que nous achetons bien chères chez nos fleuristes poussent ici comme des mauvaises herbes, il y en a partout !

Et voilà qu’on voit un panneau indicateur pour le village de Fonds-St-Denis, là où habitent Louve et Gilles, que nous avions rencontrés à Las Palmas. Les enfants voulaient voir à quoi ressemble le village. Puis sur la route, voilà plein de voitures parquées, des martiniquais mouillés qui rejoignaient leurs voitures. On s’arrête et y découvre un petit coin de paradis. C’est la cascade Saut Gendarme, où l’on peut s’y baigner. L’eau y est fraîche et le paysage splendide.
Puis au village, on s’arrête prendre une glace et demandons à tout hasard si ils les connaissent, car l’adresse que nous possédons ne porte aucun nom ni numéro de rue. De suite, on nous donne un nom, qui fait aussi partie de l’adresse reçue, ça doit être un hameau. Mais sans numéro de maison, ça risque d’être difficile. On continue, et on arrive en haut d’une colline, sous l’observatoire, avec une vue splendide sur Saint-Pierre. On fait quelques mètres et on voit une dame, à qui on demande à tout hasard. La maman de Louve est volcanologue, donc bien connue, et l’observatoire, que nous pensions être pour les étoile est l’endroit où elle travaille, car c’est l’observatoire de la montagne Pelée (volcan) et des séismes. Louve habite juste au-dessous. Et voilà qu’on débarque chez eux à l’improviste, car n’ayant toujours pas pu recharger ma carte sim française, et n’ayant trouvé aucune cabine téléphonique, nous n’avons pas pu les joindre.
Les enfants étaient aux anges de retrouver Louve, ce fut le summum de la journée. Quant à nous, nous avons eu beaucoup de plaisir de connaître sa maman et son frère et de retrouver Gilles pour un moment bien sympa.

Lors de notre descente au bord de mer pour retourner chez nous, nous avons assisté à l’un des plus beaux couchers de soleils. Le soleil était une grosse boule rouge, et ce bien avant de se coucher.

Le lendemain, nous repartions au nord, mais du côté est de l’île cette fois. Comme le jour précédent, nous avions juste quelques idées mais pas d’itinéraire fixe. Nous sommes allés à la presqu’île de la Caravelle, visiter le château Dubuc. En fait il s’agit d’un ancien domaine de canne à sucre et de café, qui « employait » 375 esclaves. Nous y avons passé plusieurs heures, la visite était individuelle, nous avions une carte avec un stylo genre Tiptoi, on appuyait sur la carte de l’endroit où nous étions et le stylo nous racontait. On a pu passer à côté des Mangroves pour rejoindre la mer avec une jolie vue, manger notre pique-nique sur des tables et bancs entourés de crabes de terre et de Bernard l’hermites. Nous avons même aperçu à plusieurs reprises des Mangoustes, un animal que nous ne connaissions pas.  Quant aux oiseaux et leurs chants, c’est tout simplement un régal.

Puis nous avons continué vers le nord et Stéphane a bifurqué au panneau « musée du rhum et de la banane ». Nous avons pu visiter la distillerie Saint James, mais le musée de la banane, un peu plus loin venait malheureusement de fermer.

De retour au bateau, je vois dans mes guides, un autre musée de la banane, où on fait le tour du domaine en petit train. Direct je réserve nos places pour le lendemain. L’endroit est magnifique et la visite très intéressante. Nous avons été surpris d’apprendre que le bananier n’était pas un arbre, mais une herbe ! Et autre surprise à la dégustation finale, du vin de banane ! C’est un vin blanc similaire à celui fait avec du raisin. Pour le reste de ce que nous avons appris, les filles se sont chargées de le raconter sur leurs blogs.

Comments