Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2018-19 Caraïbes‎ > ‎

La douanière pas sympa à l’arrivée de mes parents

publié le 26 sept. 2018 à 00:30 par Sailing Olena   [ mis à jour : 30 sept. 2018 à 09:33 ]

Voilà, c’est le jour J, le jour où mes parents arrivent pour passer 4 semaines avec nous !  Ça fait 8 mois que nous ne nous sommes plus vus !

Vous imaginez bien le branle-bas de combat dans le bateau. Cyliane vide sa chambre et réparti toutes ses affaires entre les chambres d’Elina, de Timeo et la nôtre. Ce sont les grands nettoyages et nous leur faisons un joli lit tout beau et tout propre. Tout est prêt, on les attend, mais leur avion arrive le soir.

Nous avions passé beaucoup de commandes en Suisse pour des choses que nous ne trouvions pas ici. Mes parents ont voyagé avec 2 valises en soute contenant nos affaires, dont des pièces de rechange pour le bateau. On avait été averti par Facebook que les douanes risquaient de poser problème. Ils font payer une TVA chère malgré que nous sommes en transit. Dans les shipshandler, nous bénéficions d’une TVA réduite à 2.5% sur présentation des documents de bateau, mais à l’aéroport, il faut passer par un agent et plein de papiers à remplir. Je passe le conseil de faire comme si de rien n’était et de passer vers un douanier car les douanières seraient vaches ! Et je croise pour que ça marche.

Je pars seule à l’aéroport avec Joël, le chauffeur de bus-taxi qui fait le shoping-tour pour les plaisanciers 3x/semaine. Comme à l’habitude de cette compagnie, l’avion a du retard, malgré qu’à l’aéroport les écrans indiquent « à l’heure ». L’attente des arrivées se fait à l’extérieur, car l’aéroport est tout petit, et je patiente en papotant avec une famille de locaux venus accueillir de la famille venant de Londres, des gens qui ont pris les 2 mêmes vols que mes parents.

Leur famille sort et me racontent que les douanes fouillent les valises de mes parents. M…. ! L’attente est longue. Puis une douanière vient me chercher, je passe la fouille et retrouve mes parents. L’une des douanière, très antipathique, m’explique qu’elle veut savoir le prix de la pompe à graisse. Heu… L’autre douanière était sur internet et cherchait les prix. Ça peut être à double tranchant, soit ils trouvent plus cher, soit moins cher, quant à moi, aucune idée de ce que ça peut valoir. J’appelle Stéph qui m’informe que la facture est sur mon mail. Bingo, sauf que la facture est chère !

Je reviens avec la facture et là, elle m’explique qu’on aurait dû préparer les papiers avec les factures avec un agent, passer à la douane à Prickly avant de venir à l’aéroport. Qu’à présent, nous avions le choix de laisser les pièces sur-place, trouver un agent, faire le tout, repayer un taxi (et l’agent) pour revenir chercher les pièces et payer 2.5% de TVA ou de payer 30% de TVA (si je me souviens bien) direct et repartir avec le tout.

Ça craint de laisser les pièces, j’ai lu que certains agents n’ont même plus ramené les pièces et n’ont plus donné signe de vie. Sans agent, ça ne passe plus suite à un plaisancier qui y aurait été chercher ses pièces complètement soûl. On n’a pas trop le choix, on va payer la haute TVA.

La dame regarde la facture et donne les chiffres à sa collègue, qui elle avait trouvé moins cher ! Puis elle me demande pour les autres pièces. Je fais ma blonde, car de toute manière, je ne connais pas toutes les pièces non plus. Je joue sur le fait qu’il est indiqué « kit » sur la facture et que si c’est emballé ensemble (c’est mon papa qui avait emballé) c’est que ça devait faire partie du kit. Puis elle me sort des filtres en me demandant si c’est pour l’eau. Impossible de le nier et grande surprise, elle me dit qu’ils ne taxent pas les filtres à eau.

Pour finir on s’en est sorti avec une facture, sans détail ni pourcentage de TVA, de plus de 100€, que j’ai dû régler sur place. Et enfin, mes parents étaient libres de quitter l’aéroport et de rejoindre le bateau, où les enfants ne dormaient toujours pas malgré l’heure tardive.

Mes parents avaient suivi les conseils et étaient passés vers un douanier qui voulait les laisser passer après un bref coup d’œil. Puis sa collègue, moins gradée (la fameuse antipathique), est arrivée et a voulu tout contrôler. A notre avis, elle voulait grader et se faire bien voir. Quelle teigne celle-là !

Comments