Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2018-19 Caraïbes‎ > ‎

La Barbade – Sainte Lucie, 10 – 11.02.2018

publié le 19 févr. 2018 à 17:01 par Sailing Olena   [ mis à jour : 19 févr. 2018 à 17:01 ]

Il est temps de changer d’île et de pays par la même occasion, et de voir si les autres îles sont autant chères que la Barbade. Nous nécessitons des pièces de rechange, de nouvelles cordes et des réparations de voiles, et la Barbade n’est pas l’endroit où on trouve tout ça.

Une fois les formalités douanières effectuées, SINA et nous quittons notre mouillage peu avant la tombée de la nuit. Ayant les mêmes prochaines escales en vue, nous avons décidé de faire un bout de route ensemble, ce qui est fort agréable. La prochaine destination est une baie au sud de Sainte Lucie, à un peu moins de 100 miles marin. Le jour dure de 6h00 à 18h00 environ, et la distance à faire est trop longue pour être faite de jour. Nous décidons de partir en fin de journée pour faire le voyage de nuit, partant ainsi encore de jour et arrivant le matin. Il n’est pas bon de naviguer près des côtes qu’on ne connaît pas de nuit.

Nous avons beaucoup de vent, force 7 (dans les 30 nœuds) avec des grains (squalls) allant jusqu’à 49 nœuds. Nous sortons donc qu’une voile avant et ne la déroulons pas complètement. Dès que nous n’étions plus à l’abri de l’île, les vagues ont commencé à être assez désagréables, elles étaient courtes. SINA nous a assez vite informé qu’ils se faisant tant chahuter par le roulis, car pas non plus sorti leur grand-voile, qu’ils se limitaient à 6 nœuds. Nous avons donc enroulé notre voile encore un peu plus. Nous avons passé la nuit à faire la traversée à 2 bateaux, à une distance de 1-2 milles l’un de l’autre, donc on se voyait. Ce fut une nuit très agréable pour ma part, de savoir un bateau ami tout près fait plaisir, et le fait d’avoir si peu de voile dehors, je n’avais pas à surveiller les grains pour mettre des ris à temps. Les grains passaient, je ne m’en souciais pas. A 2h30 je commence à calculer, à notre vitesse (environ 6 nœuds), on va arriver avant le lever du jour ! J’enroule la voile avant encore un peu plus. SINA derrière nous s’est approché un peu avant de réaliser que j’avais freiné avant de faire de même au moment où je voulais les en informer par VHF.

C’est au petit matin que nous entrions dans la baie de Vieux Fort, où nous avons ancré. Le paysage fut différent de la Barbade et nous attendions 9h pour que les hommes se rendent à terre pour effectuer les formalités douanières. N’ayant pas encore passé la douane, nous avions monté notre pavillon jaune comme il est d’usage. Il n’est pas allé long qu’un bateau de police tournait autour de nous, ils n’ont pas voulu voir nos papiers, ils voulaient seulement voir si nous allions bien.

Puis les 3 hommes sont partis en annexe à la douane, ce qui a pris quelques heures. Pendant ce temps, les femmes surveillaient le mouillage, car les rafales passaient les unes après les autres, j’ai mesuré jusqu’à 51 nœud. Pour moi c’était clair, je ne resterai pas la nuit dans cette baie, Silvia était du même avis. Elle n’a même pas pu venir sur notre bateau attendre le retour des hommes, le risque étant trop grand que l’ancre ne tienne pas.

Avant d’arriver dans la baie, nous nous sommes annoncés par VHF, et tout était ok pour la douane. Les hommes ont donc attendu patiemment devant la douane fermée jusqu’à ce qu’une patrouille de police passe. Quand c’est fermé, dont le dimanche, la douane se fait à l’aéroport, les policiers ont embarqué les trois hommes et les ont déposés à l’aéroport international de Hewanorra. Un aéroport complètement vide, où ils ont dû remplir plein de papiers avant de revenir en taxi.

Notre amie Lotti se demandait s’ils avaient été boire quelque chose, au bout de quelques heures. Hélas non, nous ne sommes plus en Europe et ici tout prend beaucoup de temps. D’ailleurs un des douaniers était tout à coup pressé, car un avion était censé venir, donc du travail, les hommes ont dû changer d’endroit pour remplir les formulaires. En fait, ils ont vu le douanier s’installer pour pouvoir voir un match de je ne sais quoi sur l’ordinateur et aucun avion n’est jamais arrivé.

Comments