Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2018-19 Caraïbes‎ > ‎

Jour 5, dimanche

publié le 1 févr. 2019 à 21:17 par Sailing Olena   [ mis à jour : 1 févr. 2019 à 21:17 ]

Les jours se suivent et se ressemblent. J’ai dormi assez longtemps et Stéphane n’a pas voulu me réveiller pour sortir la grand-voile, car le vent est un peu tombé et il nous faut avancer si nous ne voulons pas perdre une nuit à tourner devant Panama entre tous les cargos.

Stéphane essaye en vain de pêcher, je lui ai remis quelques poissons volants récoltés sur le pont pour faire des leurres, peut être que ça ira mieux.

178 miles de parcourus les dernières 24 heures. A ce rythme, on y arrivera mardi avant midi, on se réjouit.

J’ai passé un bon moment sur le toit puis sur le côté du bateau. La mer se calme peu à peu, la houle est à 2-3m, c’est bien plus agréable. Cyliane et Timeo sont aussi venus, l’un après l’autre, me rejoindre à l’avant. Cyliane a commencé sa récolte de sel ! Elle avait eu l’idée à l’arrivée au Cap vert, récolter le sel sur le bateau, le laver à l’eau et le consommer. Ça nous avait bien fait rire, surtout la partie lavage. A présent je me dis « pourquoi pas ? », alors elle récolte, mais on ne va pas le laver !

On a des problèmes de courant, quelque chose ne joue pas. Depuis 2-3 jours Stéphane doit mettre la génératrice en marche quelques heures pour recharger les batteries. La différence depuis la transat est la machine à pain. Mais nous pensons que le problème pourrait venir du frigo, le compresseur  commence à nouveau à faire des problèmes.

Nous avons un nouveau passager à bord, il est très curieux, a du caractère, râle parfois, est difficile niveau nourriture, mais sur ce point, il se débrouille sans nous vider nos réserves. Il adore tirer à tous les bouts et sangles qui traînent. Il est très salissant et aime me voir nettoyer derrière lui. C’est un fou aux pieds rouges ! Il a tourné quelques heures autour de nous avant de se poser sur la ligne de vie à l’avant. C’était marrant de le voir se faire la toilette alors que les vagues le déstabilisaient. Au moment de notre repas, il est parti pêcher pour revenir se poser pour la nuit sur la barre au-dessus du siège avant. J’ai été sortir un ris, il m’a vu mais n’a pas bougé.

Le vent continue de tomber et tourne. Nous affalons notre grand-voile de nuit, dérangeant à peine Gaston, notre passager. Puis nous sortons une 2ème voile avant pour faire papillon. Cette voile passant au-dessus de Gaston ne lui plaisait pas trop, il a essayé de l’attraper à plusieurs reprises. Vu qu’il faisait nuit noire, il n’a pas bougé. La lune se levant chaque jour une bonne heure plus tard, ne l’arrangeait pas non plus.

Vers 2 heures du matin, le vent est tombé définitivement, Stéphane a dû rentrer les voiles et mettre le moteur.
https://sites.google.com/a/sy-olena.ch/sy-olena/blog/blog-laure/_draft_post/20190129_Gaston.jpg
Comments