Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2018-19 Caraïbes‎ > ‎

Dominique

publié le 8 mai 2018 à 23:17 par Sailing Olena   [ mis à jour : 8 mai 2018 à 23:17 ]

VENTUS et LIFE PART 2 continuant leur chemin le lendemain matin tôt, ils sont passés un bout de soirée chez nous. Les enfants étaient ravis de jouer ensemble avec les Légos toujours encore au salon, et les adultes de papoter. Car même si nous étions aux mêmes endroits en même temps, on s’est juste croisés et n’avons pas eu le temps de s’asseoir ensemble depuis Falmouth.

Notre priorité première était le remplissage de nos 2 bouteilles de gaz, chose qui est interdite sur sol français. Notre 3ème bouteille de gaz étant déjà bien entamée et devant toujours la déplacer quand on voulait utiliser le gril, nous ne voulions pas attendre de le faire à Sainte Lucie. Notre boat boy, Martin de Providence (il fait partie de l’association PAYS et nous pouvons que le recommander, en plus il parle très bien le français), nous a averti qu’on devait se rendre vers l’aéroport de Roseau pour le faire. On peut bien s’y rendre en taxi public (genre de petits bus), mais qu’en général, ils n’osent pas transporter les bouteilles de gaz avec les personnes. Nous avons donc décidé de joindre l’utile à l’agréable et de faire la virée journalière qu’on avait prévu, dans les alentours de Roseau.

Notre deuxième priorité était la visite de la rivère indienne, qui devait être une vraie jungle avant le passage du cyclone Maria en septembre 2017. Malgré qu’on nous ait avertis que tout a été dévasté, nous avons décidé de quand même faire cette randonnée. Les locaux ont besoin de soutient, et ce n’est pas en évitant leur pays ou les virées touristiques qu’ils vont pouvoir se remettre sur pied. Nous avons donc décidé de les soutenir en dépensant un peu plus d’argent que de coutume, càd 2 virées et sortie au restaurant.
Ils manquent aussi d’outils, mais sur ce coup-là, on peut pas beaucoup les aider malheureusement.

Et notre dernière chose à régler était de faire le plein de diesel, car à Bouillante, nous avions pris que 60 litres. Stéphane est allé avec 4 jerricans à deux reprises à la station. Il amarre l’annexe à un ponton, 1-2 enfants restent dans l’annexe pour surveiller. Il va remplir 2 jerricans vient les déposer à l’annexe avant de remplir les 2 suivants. Une fois au bateau, il transvase le tout dans les citernes, en passant d’abord le diesel par un filtre. Puis il recommence l’opération. Le tout a duré ½ jour ! Et la station essence était une station pour les bateaux !

Comments