Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2018-19 Caraïbes‎ > ‎

Bequia – Tobago Cays

publié le 28 juil. 2018 à 23:20 par Sailing Olena   [ mis à jour : 28 juil. 2018 à 23:20 ]

Ancre levée, nous passons à côté d’ARRLUUK (une magnifique réplique d’un vieux bateau en bois, ils ont 2 enfants) leur dire au revoir puis montons nos voiles. Au loin on voit nos copains SUNSPLASH partis avant nous.

Nous avons mis le cap sur les Tobago Cays, un endroit qui doit être paradisiaque mais assez désagréable quand il y a du vent. Il y a toujours du vent en Caraïbes, donc on va voir si ça va ou pas.

Nous avons décidé de ne pas visiter Mustique, une île privée pour riche, car ça coûte 70 USD pour y rester maximum 3 nuits. Vu qu’ils ne sont pas fanes à recevoir des plaisanciers, on va économiser ces frais.

L’île de Canouan serait belle également, mais on ne s’y arrête pas, ces temps il y a énormément de vols sur les bateaux de plaisance la nuit. J’ai lu que le problème serait dû à l’administration de l’île qui garde tout l’argent ramené des plaisanciers pour eux et que les habitants n’en profitent pas. De ce fait, certains habitants en profitent à leur manière. Apparemment toute l’île sait qui commet ces vols, mais personne (pas même la police) fait quelque chose. On ne va pas tenter le diable, il y a d’autres îles similaires aux alentours.

A la hauteur de Canouan, voilà le signal AIS de SUNSPLASH qui disparaît, pas grave mais bizarre. Puis voilà un rideau de pluie qui nous arrive dessus. Juste avant, Stéphane voit encore un ferry sans signal AIS qui vient en sens inverse. On se retrouve sous une pluie torrentielle et plus aucune visibilité, comme si nous étions dans un brouillard. Vite, allumer le radar, mais il lui faut du temps pour se mettre en marche, il a un temps de chauffe assez long. Stéphane a un peu viré à l’inverse du côté où se trouvait le ferry, mais jusqu’à ce que le radar fonctionne, c’était l’angoisse ! Heureusement le grain n’a pas duré longtemps.

Dès que SUNSPLASH entrait dans les Tobago Cays, qui sont de petites îles entourées de récifs, j’ai commencé à enregistrer leur tracking AIS pour pouvoir les suivre au cas où. Niveau navigation il faut faire attention, ce n’est pas large entre les récifs, le vent et les courants peuvent compliquer la chose. Suivre la piste de quelqu’un est toujours bien, si lui est passé, nous aussi on pourra ! Ils ont fait le détour pour contourner l’île au lieu de passer entre-deux, on va suivre. Et c’est sans problème que nous avons posé l’ancre à côté d’eux, auprès de PIERINA & TRISMIC, deux kid-boats connus à Bequia.

Comments