Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2018-19 Caraïbes‎ > ‎

Basseterre, capitale de St-Kitts

publié le 28 déc. 2018 à 12:17 par Sailing Olena   [ mis à jour : 28 déc. 2018 à 12:17 ]

Après une petite navigation tranquille, nous ancrions à Basseterre, derrière nos 3 bateaux copains, partis quelques heures avant nous. Nous nous rendons à terre pour visiter un peu la ville et c’est le choc culturel.

A côté du port où nous accostons l’annexe, c’est le « village » des paquebots, c’est là qu’ils sont accostés pour la journée. A ce qu’on a vu, il y a 1-2 paquebots chaque jour, ce qui fait 3'000 - 7'000 touristes !

On était là, en plein village, entourés d’une foule, pour la plupart des américains, se promenant et faisant du shopping dans un endroit qui nous rappelait l’allée d’entrée d’Eurodisney ou d’Europapark. Ça fait bizarre, d’une part l’architecture puis la foule !
Au milieu de la foule, on croise Mimi, qui nous dit où ils sont tous à boire un verre. On les y rejoint avant d’aller faire un tour en ville pour visiter Basseterre, qui ressemble aux autres villes des Caraïbes, avec de jolis bâtiments en pierre de lave et d’autres de style colonial.

Vers minuit, voilà que les garde-côtes, feux bleus allumés, tournent dans le mouillage. J’étais dehors et ils me demandent à venir à bord faire un contrôle. Je leur ai répondu avec un beau sourire qu’ils nous ont déjà contrôlés il y a 2 jours, mais qu’ils étaient les bienvenus à bord. Ils m’ont souhaité une bonne nuit et sont partis tourner autour des autres bateaux, mais n’ont rien pu contrôler, car malgré les fortes torches braquées sur les bateaux, les passagers ne se sont pas réveillés.

Le lendemain matin, nous faisions déjà la clairance de sortie pour le lendemain. Après les douanes, nous devions nous rendre à l’immigration dans le hall d’arrivée et de départ des paquebots. La sécurité me laisse y entrer sans problème. A l’immigration je me heurte à nouveau au compte en ligne et à la fameuse liste Excel, si à Nevis ils m’avaient dit qu’il fallait à nouveau le refaire, j’aurais pu le faire à bord ! La dame, sympa comme une porte de grange, me prête son ordinateur et bizarrement, je n’arrive pas à me connecter ! J’avais pourtant les bonnes données ! La dame a trouvé une autre solution et j’ai pu remplir un formulaire qu’elle a uploadé sur son compte. De retour à bord, j’ai refait pareil sur notre compte pour être certaine que tout est OK, sait-on jamais, et là, aucun problème de connexion.

Je ressors du hall d’arrivée des paquebots et là, les taximen et autres vendeurs me sautent dessus pour essayer de me vendre tout et n’importe quoi. C’est horrible, je n’aime pas du tout. Moi qui avais toujours voulu faire un voyage en paquebot un jour, ça m’a directement enlevé l’envie. J’imagine le même accueil chaque matin dans tous les ports où ils passent. Non merci, très peu pour moi !

Je retrouve Stéphane et les enfants et nous partons en bus.

Comments