Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2017-18 Gibraltar-transat‎ > ‎

Nos nuits

publié le 20 janv. 2018 à 08:04 par Sailing Olena   [ mis à jour : 30 sept. 2018 à 12:42 ]

Nous avons répartis nos nuits de 20h à 8h à deux quarts de 2heures chacun. Les nuits sont très noires, la lune se levant plus ou moins en même temps que le soleil. Le ciel est souvent couvert. L'horizon est la limite entre le noir très foncé et le noir à peine un peu moins foncé. On le distingue sur les côtés, mais à l'avant, avec mes feux de hume, c'est plus difficile à voir. Eh oui, je signale que je navigue au moteur alors que ce n'est pas vrai. Étant au milieu de nulle part et sans aucun bateau à la ronde, je me permets cette erreur afin de mieux pouvoir voir ma voile avant.

Je vais essayer d'expliquer les sensations de ces navigations de nuit. Imaginez-vous dans votre voiture, fenêtres et coffre ouverts, vous sentez le vent. Il fait nuit noire, votre tableau de bord est allumé ainsi qu'une petite lampe éclairant votre capot. Aucun phare, vous ne voyez pas à l'avant de votre voiture et vous avancez sans voir où vous vous rendez, juste guidé par l'aiguille qui montre dans quel sens aller (par rapport au vent). Aucune peur de sortir de la route, vous êtes en plein milieu d'un champ plein de bosses que vous ne pouvez pas voir. Vous avancez, sans pouvoir choisir votre vitesse, en espérant que votre radar, qui ne montre aucun obstacle, ne se trompe pas. Par moment, vous sursautez car des animaux sautent sur et dans votre voiture ou alors, vous vous faites gicler, soit des petites goutes, soit des vagues entières.

C'est plein de poissons volants, ils viennent s'écraser partout sur le bateau. L'autre nuit, un frétillait devant la porte menant au carré (salon-cuisine). Puis un de près de 40cm se débattant sur la rambarde du toit de la cuisine. Je l'ai relâché et le lendemain j'apprenais qu'ils sont comestibles et celui-ci aurait eu une bonne grandeur et aurait été frais, contrairement aux poissons tout durs qu'on ramasse le matin en faisant la tournée. D'ailleurs il y en a même un qui s'était coincé entre mes paniers de fruits sous la table du cockpit.

Comments