Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2017-18 Gibraltar-transat‎ > ‎

6.1.2018, le départ

publié le 11 janv. 2018 à 02:42 par Sailing Olena   [ mis à jour : 30 sept. 2018 à 12:33 ]

Après avoir fini les préparations de dernières minutes, c'est vers 11 heures que nous avons mis les moteurs en marche. La sortie de notre place d'amarrage s'est faite facilement, le vent n'était pas très fort.

 A peine étions-nous hors de notre place que plusieurs de nos nouveaux amis sont sortis et nous faisaient de gros signes d'adieux, nous souhaitait plein de bonnes choses. Même Paul, le nouveau copain de Timeo (il était sur son bateau hier) faisait de gros signes. Juste avant la sortie du port, Jimmy nous attendait sur le môle de gauche pour nous photographier, et au passage de la sortie de port, c'est un capitaine, au pied du feu d'entrée de port avec un sifflet qui sifflait et nous criait "bon voyage" en allemand. Tout comme SINA qui étant devant nous, nous avons monté la grand-voile dans l'avant-port, après avoir enlevé les petits drapeaux décoratifs que Stéphane avait voulu monter pour l'occasion. Voilà qu'Hervé de MALOYA arrive avec son annexe nous souhaiter un bon voyage.

Tout ceci fut très émouvant pour ma part.

Nous sommes sortis tous les 6 bateaux plus ou moins en même temps, on se voyait. WILDERNESS, les anglais, ont sorti leur voile plus vite que nous et étaient devant nous, mais ce n'est pas allé long que nous les dépassions, car nous étions au vent et leur "volions" le vent. Nous étions très près l'un de l'autre, nous nous filmions et pouvions communiquer d'un bateau à l'autre.

 Puis le vent a fraîchi très rapidement, nous avions dans les 28-33 nœuds de vent avec des rafales jusqu'à près de 45 nœuds. Les vagues commençaient à grossir. J'avoue que j'avais un peu mal au ventre, non pas à cause du mal de mer, mais car j'avais peur. C'était plus de vent que nous avions eu jusqu'à présent, et je n'ai toujours pas encore le feeling pour le catamaran.

 Le vent fort n'a pas duré longtemps, il est tellement tombé qu'apparemment tous, sauf SANDRO, les australiens, ont rentré leur voile avant et mis les moteurs en marche. D'ailleurs les deux bateaux allemands, SINA & SERENITY en parlaient à la VHF.

 Puis le vent a fraîchi à nouveau, dans les 30 nœuds avec quelques rafales. Mais là, ma peur est passée, j'étais à nouveau "dans le bain". Nous avons empanné pour aller au milieu entre les 2 îles, comme conseillé par Jimmy pour éviter les grosses rafales de Tenerife, puis nous avons perdu nos compagnons de vue et sur l'AIS.

Nous avons fait quelques pointes à 15 nœuds lors de rafales, sinon nous naviguions à 8-9 nœuds. Les enfants jouaient et dansaient.

 Peu avant le coucher de soleil, le vent est tombé, nous avons donc mis un moteur en marche pour avancer un peu plus vite, car nous faisions plus que du 1.5 - 2 nœuds.

 Le soir arrive, nous allons souper, ensuite les enfants se faire une soirée film avant d'entamer notre première nuit.

Comments