Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2017-18 Gibraltar-transat‎ > ‎

23.12.2017 – 03.01.2018 Tenerife & Santa Cruz

publié le 3 janv. 2018 à 17:27 par Sailing Olena   [ mis à jour : 30 sept. 2018 à 12:23 ]

A l’entrée du port de Santa Cruz, nous sommes passés entre 2 plates-formes pétrolières, qui étaient amarrées on ne sait pourquoi. C’était intéressant d’en voir de près, car je doute fort d’en voir une au large un jour. Puis on entre dans le port, qui est bien plus petit que ce que je m’imaginais, et de suite, le marinero nous prend en charge. Ça change de Las Palmas !

A peine amarrés, mon papa et Stéphane se sont mis à organiser une voiture de location. Comme mes parents repartaient 3 jours plus tard, il nous fallait absolument faire un tour de l’ile dès le lendemain.

Nous avons aussi entrepris à plusieurs reprises de nettoyer le bateau, mais dans ce port, c’est difficile d’avoir un bateau propre. Les ferrys et les bateaux de passagers, amarrés tout près laissent tourner moteurs et génératrices à longueur de journée. La poussière noire de leur échappement se dépose partout. Un jour, Stéphane était sur la jupe arrière en train de frotter qu’on entend un gros plouf ! Comme quoi il n’y a pas que les enfants qui tombent à l’eau.

La ville de Santa Cruz est accueillante et jolie. Devant le port il y a une grande place avec une grosse fontaine genre jet-d’eau de Genève. D’ailleurs ce sont 2 architectes Suisses qui l’ont dessinée. Il y avait un petit marché de Noël et beaucoup de vie sur la place comme dans les rues alentour. A quelques centaines de mètres du port, il y a l’auditorium, qui là aussi a une architecture spéciale. C’est une forme de bateau avec comme une vague pointue qui passe par-dessus. Toute la façade est sertie de mosaïque de catelles blanches, ça brille. A côté un petit fort, puis une piscine magnifique, mais avec des règles très strictes (les enfants ne peuvent même pas jouer hors de l’eau à 10-15m des parents !) et l’eau y était bien froide, 18°C maximum, seuls Timeo & Cyliane s’y sont baignés.

Volcan de Teide

Ce fut un 24 décembre pas comme les autres. Nous sommes partis de Santa Cruz où il faisait bien 20°C si pas plus, pour se retrouver à 3'555 mètres d’altitude et 3°C.

Tenerife est une île volcanique, et Teide est son volcan avec un cratère énorme et magnifique surplombé d’un pic. Le parc national du Teide est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Le pic culmine à 3 715 mètres d'altitude (ce qui en fait le plus haut sommet des îles de l'océan Atlantique et d'Espagne) et comme sa base est large (8km de diamètre), ça en fait le troisième plus grand volcan du monde.

Nous nous sommes rendus en voiture sur le grand plateau de ce cratère, nommé « la caldeira de las Cañadas », qui est situé entre 2’000 et 2’200 mètres d'altitude. Les différents paysages sont magnifiques. Par moment on se croirait sur une autre planète. Puis nous nous sommes rendus au bas de la station du téléphérique du Teide, à 2’356 m d’altitude.
La queue pour acheter les billets fut assez longue, jusqu’à ce qu’une employée vienne avertir que les prochains billets en vente serait pour une montée dans 2 heures. La queue s’est réduite à un quart, mais nous avions décidé de rester. En fait, le téléphérique vend les billets online, et sur-place, il reste ce qui n’a pas encore été vendu. Chaque billet est pour une heure précise de remontée. Les 2 heures d’attente ont passé rapidement, puis nous sommes montés en moins de 8 minutes à 3’555m d’altitude. La vue est superbe, le cratère est multicolore, il y a des rivières de lave et des roches de laves aux formes spéciales. Il y a même un endroit où on sentait encore un peu le souffre. C’était simplement magnifique.
Par contre, nous ne pouvions pas monter les derniers 168 mètres pour atteindre le sommet. Le nombre d’ascensions par jour est limité et il faut réserver à l’avance, et tout était complet jusqu’à mi-janvier.

 

Plage de San Roque

Le jour de Noël, après que les enfants aient déballé les cadeaux du père Noël, nous sommes partis au nord de l’île. Les routes escarpées à travers les montagnes donnent des points de vue magnifiques. Puis nous sommes allés sur la plage de sable noir de San Roque.


Los Abrigos et l’aéroport

Ce fut hélas déjà le jour du départ de mes parents. Nous sommes partis un peu en avance et avons ainsi pu profiter d’aller faire un tour à Los Abrigos, un joli petit village avec une petite plage.

Au retour, nous nous sommes arrêtés au Décathlon (supermarché sportif) et avons été bluffés par la dimension de ce magasin sur 2 étages. Nous avons déjà visité de gros Décathlon, mais celui-là était le plus grand ! Nous avons trouvé sans peine certains accessoires de sécurité que nous nécessitions pour faire la traversée de l’Atlantique avec l’Odysee de Jimmy Cornell.

 

Les gens au port

Le port de Santa Cruz n’est pas bien grand, il comporte 5 pontons. A notre arrivée, nous étions surpris par tous ces gens qui passaient sur notre ponton disant « bonjour ! », ont-ils mis tous les francophones au même ponton ? Il y a plusieurs bateaux français et nous sommes 2 suisses, l’autre étant un romand, et le cousin du directeur de l’école quand je la fréquentais il y a près de 30 ans! Le monde est petit !

Mais quand on se promène sur les autres pontons, c’est pareil ! Il y a plein de français, suisses-romands et belges. Ça parle le français partout !

Le port est aussi rempli d’enfants ! Nous n’en avons jamais vu autant dans les autres ports. Un jour, voilà 4 enfants (français) qui viennent jouer sur notre bateau, Simeon & Louisa du bateau Totoro et Inaya et Thaïs du bateau Maloya. Nous avons fait une grosse partie de Lotto et ils ont gagné beaucoup de bonbons !
Le lendemain, nous étions invités à manger sur le bateau Maloya, où nous avons fait la connaissance de la petite sœur Temoe et des parents, Anabelle et Hervé ainsi que les parents Simeon & Louisa. Après quoi, nous sommes partis avec tous les enfants + Tristan, un franco-belge faire un tour à la place de jeu.
Timeo aime bien jouer avec Tristan et a eu beaucoup de plaisir à avoir été invité à jouer sur son bateau. Ils jouent parfois à 3 garçons, tous francophones et plus ou moins du même âge. Ça fait beaucoup de bien à tous ces enfants d’en rencontrer d’autres qui vivent comme eux !
Nous avons repéré d'autres bateaux avec des enfants, et comme souvent, ces bateaux sont sous pavillon français.
A propos de famille française, nous n'avons malheureusement pas pu revoir nos amis rencontrés en Espagne, Neo 3 est en escale technique sur Lanzarote. Nous leur souhaitons tout de bon et espérons les revoir un jour.
Comments