Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2017-18 Gibraltar-transat‎ > ‎

01-06.01.2017 Les préparatifs de la Caribbean Odyssey

publié le 5 janv. 2018 à 10:25 par Sailing Olena   [ mis à jour : 30 sept. 2018 à 12:32 ]

Nous voilà dans les derniers préparatifs. Depuis le 31 décembre, nous voyons Jimmy Cornell quotidiennement.

Le lundi 1er janvier, nous avons eu le contrôle de sécurité de notre bateau, que Jimmy fait personnellement. Nos extincteurs étant à l’intérieur du bateau, il nous a fallu en organiser un dans le cockpit, car en cas de feu, ce n’est pas dit qu’on puisse entrer dans le carré en chercher un. Sinon, notre bateau et nos grab bags (récipients étanches contenant des fusées de détresse, GPS, VHF et autre matériel nécessaire pour le cas où nous devons abandonner le bateau pour aller dans le canot de survie) étaient en ordre.

Le mardi, nous sommes passés au bureau vers Gwenda, la femme de Jimmy, pour la paperasse, et nous avons reçu notre drapeau « sail the Odyssey » et notre numéro pour le rally. Nous avons reçu le 11 (nous sommes numérotés de 11-17) qui est le numéro de la ville de Soleure/Solothurn près de laquelle nous habitions et où je travaillais. Si ça ce n’est pas un heureux hasard !

Le mercredi, un car est venu nous chercher pour nous amener au Yacht Club de Santa Cruz de Tenerife pour la Caribbean-Odyssey, Welcome party. Ce fut sympa de faire la connaissance des quelques participants dont nous n’avions pas encore fait la connaissance.
image: cornellsailing.com
Avant la réception, j’ai fait un tour au supermarché pour acheter les dernières provisions sèches et les boissons. J’ai rempli 2 chariots qui nous ont été livrés, à ma demande, en début de soirée.

Le jeudi matin, un car nous emmenait faire une excursion d’une demi-journée au parc national de Teide, sur « la caldeira de las Cañadas » (gros cratère qui contiendrait selon la guide 200 différents volcans) à environ 2’200m d’altitude. Nous nous sommes d’abord arrêtés une dizaine de minutes à un point de vue, puis une petite demi-heure dans un restaurant avant de nous rendre dans un endroit très touristique, et magnifique, du cratère, où il y avait des formations rocheuses. La guide nous a dit que comme nous étions peu, elle nous laissait beaucoup de temps, 25 minutes ! Puis nous nous sommes arrêtés une 4ème fois une dizaine de minutes à un autre joli point de vue où la roche avait été creusé pour la route, dévoilant des couches de couleurs différentes.

La guide nous expliquait plein de choses, en anglais, en allemand puis en français. Elle n’arrêtait pas de parler, et quand on comprend les 3 langues, ça en devenait un peu pompant. Mais ça, elle n’y pouvait rien, elle se donnait beaucoup de peine et nous avons appris plein de choses. Par contre, par moment elle racontait des choses assez négatifs sur la retombée du tourisme (le nombre de voitures de location, 6'000, et elle nous a bien fait comprendre qu’elle était contre le téléférique du Teide) à se demander pourquoi elle était guide touristique.

Sur la terrasse du restaurant, nous avions une superbe vue sur le Teide, et Stéphane a sorti son drone. Ce n’est pas allé long qu’un homme est venu lui demander de le ranger, car c’était interdit. Pas de problème, Stéphane le fait atterrir et le range. Le monsieur a demandé s’il avait pris des images, non pas encore, donc tout est bien. Les deux discutaient, il n’y avait aucun problème. Et voilà la guide qui arrive et a fait une histoire, on aurait cru qu’il y avait mort d’homme. Nous aurions dû savoir que c’était interdit, c’est un parc de l’UNESCO quand même! Et que nous avions de la chance d’être avec elle et non avec une voiture privée sinon ça ne se serait pas passé si bien, par chance il n’y avait pas d’autres groupes sur-place, que pour filmer il faut payer des autorisations … la liste est longue. Depuis, on se marrait bien avec ceux des autres bateaux à chaque fois qu’on sortait nos appareils photos. Est-il permis de filmer depuis le bus vu qu’on est en hauteur ? ;-) Les cailloux risquent de nous créer des problèmes !
A notre dernier arrêt, nous étions encore dans le parc, un homme faisait voler son drone,  et la guide n’a pas bronché. Apparemment c’est pas si grave.

L’après-midi même, nous avions un séminaire concernant la traversée.

Le soir, nous avions loué une voiture et en avons profité pour aller acheter les fruits et légumes frais ainsi que les choses qui manquaient.

Vendredi, J-1, jour d’arrivée de notre ami et nouvel équipier Dieter ! Stéphane est parti avec la voiture de location le chercher à l’aéroport pendant qu’on nettoyait fruits et légumes dans de l’eau additionnée d’un peu de bicarbonate de soude. Apparemment ça éliminerait les nuisibles. Dorénavant, ça sera à faire avec chaque fruit & légumes, ainsi que de se débarrasser des emballages pour éviter de contaminer le bateau avec des insectes ou cafards.

L’après-midi, c’était le briefing des skippers, où tous les adultes, à la surprise de Jimmy, ont assisté. Nous savons bien qu’il n’y a qu’un skipper par bateau, mais nous concernant, nous possédons tous les 3 le permis et voulons tous être informés.

Le soir c’était la fête dans la ville, comme partout en Espagne. Le soir avant la fête des rois, c’est le cortège des rois, un cortège similaire à carnaval (sans confettis) avec en plus 1 char par rois. C’est la distribution des bonbons, les enfants y vont avec un sac ! Ayant assisté au cortège l’an dernier à Figueras, mes enfants savaient ce qui les attendait et eux aussi se sont munis de leur sac.
Ensuite nous sommes allés manger une bonne pizza, car sur le bateau, la cuisson des pizzas dans le four à gaz, c’est pas super, ni sur la plancha.

Samedi 6 janvier sera le grand départ. Au briefing, il a été décidé que le départ sera à 11h30. La sortie de notre place risque de ne pas être très facile, le marinero nous avait parqué dans un coin et ajouté un bateau devant notre pointe. Nous ne sommes pas les seuls à se soucier de la sortie du box, SINA aussi risquent d’avoir de petites difficultés.

Comments