Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎

L’entretien, mot inconnu des martiniquais ?

publié le 16 mars 2018 à 22:32 par Sailing Olena

Lors de nos ballades dans l’île, nous avons remarqué que rien n’était entretenu. Soit c’est neuf, soit c’est dégradé ou cassé, tout est laissé dans l’état. Les maisons ne reçoivent pas un nouveau coup de peinture, les épaves de voitures gisent dans les jardins ou au bord des routes (ont-ils une décharge pour les autos, nous n’en avons pas l’impression), les épaves de tracteurs et camions gisent dans un coin du domaine. Les plantes poussent autour de ces épaves assez rapidement. C’est pareil pour les épaves des bateaux, il y en a sur les plages (Saint-Anne par exemple), sur des hauts fonds et au bord des Mangroves. Quand on se promène dans le cul-de-sac du Marin, c’est impressionnant le nombre d’épaves que l’on voit. Un bateau est amarré à quai et celui qui est amarré à couple à lui a coulé, on ne voit plus que le mât qui sort. Et ça reste comme ça, personne ne fait rien.
Les routes ne sont pas réparées, il y a des trous, plus ou moins gros. Une porte de grange pliée, elle le restera.
Ça nous surprend, nous les suisses, si carrés.

Comments