Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎

Homeschooling ou Boatschooling

publié le 4 nov. 2018 à 17:46 par admin Olena   [ mis à jour : 4 nov. 2018 à 18:14 ]

Voilà un an que je m’occupe de l’école des enfants. Je ne vous le cache pas, ce n’est pas toujours facile. Par contre, parfois c’est très agréable, car on fait comme ça nous plaît. On place les vacances et jours fériés quand ça nous arrange !

Avant notre départ, j’avais plein d’idées. Mais sur place, ça ne fonctionne pas toujours comme on se l’était imaginé. J’ai amassé plein de matériel en plus des bouquins d’école, j’ai scanné beaucoup de choses, que j’ai très peu utilisées pour l’instant. La faute à moi, car je n’ai pas encore copié les documents sur les tablettes, ni instruit les enfants à utiliser le programme pour écrire sur les documents sur la tablette. Le pourquoi, ils ont déjà assez à faire avec les livres et cahiers d’école.

Comme conseillés par plusieurs mamans à bord de bateaux, des profs de nos enfants et de la directrice de l’école, j’ai organisé le matériel pour les maths et les langues. Pour le français (mes enfants ont l’allemand en première langue) j’ai organisé les livres que j’avais moi à l’école et qui sont utilisés en France. Ils n’ont pas besoin d’apprendre la langue, juste à l’écrire. Quant à l’anglais, seul Elina était concernée, j’ai acheté les cours sans vraiment en être convaincue. Pour le reste, ils apprennent beaucoup en voyage et nous avons une bonne collection des émissions « c’est pas sorcier » et d’une autre similaire en allemand « Pur+».

Le but est de ne pas donner de cours. La directrice m’a bien dit « tu n’es pas prof, ce n’est pas à toi de donner des cours, ils ont des bouquins pour apprendre ». Mon boulot est d’être là et de les aider ! Ceci m’a été confirmé par une maman plaisancière, prof de métier, qui a arrêté de donner cours à ses 3 enfants car ça ne marchait pas ! Elle télécharge des cours sur Youtube, c’est l’avantage d’avoir l’anglais en 1ère langue, on trouve plus de matériel sur le net.

On est passé par plusieurs méthodes. Ce qui fonctionne aujourd’hui ne fonctionnera plus 2-3 mois plus tard. Il faut innover. On a commencé par l’enfant qui décide de son travail à faire sur la semaine (conseillé par la directrice d’école). Jusqu’à Noël, tip top, ensuite, ça n’avançait plus. Puis une famille nous a parlé d’heures d’écoles, on a mis des réveils qui sonnaient le début d’école, les petites et les grandes pauses, ça a marché un moment, même pas mal. Puis les sonneries n’avaient plus d’effet. Elina bossait en pause pour finir plus tôt… Là on est passé à une liste, 1 leçon d’allemand et de math par jour, plus d’autres leçons sur la semaine. Le tout est à faire sur la semaine, à eux de savoir s’ils veulent bosser sur 4,5,6 ou 7 jours. C’est plus ou moins les filles qui décident de la quantité que fait 1 leçon. Ca ressemble pas mal à ce qu’on faisait l’an dernier, sauf que là, il y a la liste à croix. On verra d’ici Noël si l’avancement est bon. En général, en bossant 2-3 heures par jour, ils devraient pouvoir faire le tour sur l’année. Les derniers mois de l’année scolaire dernière, on est passé à 4h par jour, et elles n’ont pas fini à 100% leurs livres et cahiers. On a commencé la nouvelle année scolaire en finissant les vieux cahiers. On verra d’ici l’été prochain si les 2-3h sont correctes, car là, je n’y crois pas encore vraiment.

Timeo étant en grande école enfantine, j’ai rien fait avec lui les premiers mois. J’ai voulu me consacrer aux filles afin d’avoir plus de temps pour lui pour sa 1ère année primaire.

Elina en dernière année primaire, a bien pris les rennes de ses études et avance bien. Elle est motivée, même à présent, un an après notre départ, dans sa première année secondaire. Parfois je regrette ne pas prendre plus de temps pour elle. Même les corrections, elle les fait seule. Elle se gère très bien, elle est motivée et on s’étonne de sa culture générale. Elle puise des livres dans les bibliothèques ouvertes (là où les plaisanciers y laissent des livres pour en prendre d’autres) et lit. L’autre jour, elle bouquinait une encyclopédie sur les pharaons d’Egypte, me faisant la réflexion que JK Rowling devait aimer l’égyptologie puisque beaucoup de noms utilisés chez Harry Potter étaient des noms d’anciens Pharaons. Elle apprend à sa sœur l’ordre des planètes de notre système solaire, alors que je ne savais même pas qu’elle les connaissait. Quant à l’anglais, je crois qu’on peut dire qu’elle est trilingue à présent. Elle fait encore des fautes de grammaire, ne l’écrit pas encore correctement, mais elle parle l’anglais aisément, suit les conversations et même à la VHF, où elle participait volontiers aux kids net. Elle veut vraiment apprendre.
L’autre jour nos étions confrontés à la cartographie Suisse, il fallait une carte pour positionner un point par rapport à une maison. Seulement on n’a pas de cartes Suisses ni ne connaissons le système Suisse, nous on travaille avec le système GPS ! J’ai voulu lui faire sauter le chapitre, non, elle a refusé. On a cherché au mieux sur internet et nous avons appris plein de choses.

Cyliane elle, c’est les montagnes russes. A son âge, elle n’a pas encore compris qu’elle apprend pour elle. On le lui répète souvent, mais ça ne fait pas effet chaque jour. Parfois, elle est motivée et tout va très bien. Elle nécessite pas mal d’aide, c’est normal à son âge. Parfois, elle ne veut pas et c’est pire que d’essayer de faire avancer une mule ! Des heures à s’énerver pour 10 minutes d’exercices ! Et je n’arrive pas à laisser tomber, c’est important l’école ! Même si je sais qu’en ces moments, ça ne sert à rien ! Je n’ai pas envie de me faire bouffer non plus ! En plus, elle est toujours en train de prendre chaque faute qu’elle fait à cœur et de ce fait, elle se trouve nulle. Il faut bien corriger les exercices, c’est normal de faire des fautes, elle est en train d’apprendre. Mais ça, elle ne veut pas le comprendre. Et là, c’est mon cœur de maman qui saigne. Son programme scolaire commence le français cette année, elle est motivée, pour l’instant je lui apprends à le lire avant de la mettre à faire des exercices dans le Bled.

Timeo a commencé à écrire quelques chiffres avant la rentrée scolaire, histoire de l’occuper un peu, car il dérangeait les filles. Mi-août, j’ai commencé la grande école avec lui. Il n’est pas facile à gérer, il ne tient pas en place et peine à se concentrer. Malgré ça, je suis sidérée par sa rapidité à apprendre. J’ai appris à lire à mon fils en quelques petites semaines ! Et cela en bossant la lecture 15-20 minutes 5 fois par semaine. J’ai utilisé les visages qu’ils utilisent dans notre canton, on est très vite passé uniquement aux majuscules, ce qui est selon le plan pour janvier, on avait plus de 3 mois d’avance. Depuis mi-octobre, on est passé aux minuscules ! Ce garçon veut apprendre à lire et met les gaz, c’est impressionnant. Pourtant, il arrive difficilement à rester concentré plus de 10 minutes ! Et pour les math, c’est pareil, il veut, il veut, il veut. Il peine à tenir en place, bosse par bouts de 5 à 10 minutes, fait des pauses à tout moment, mais apprend très vite. Il me fait péter les plombs à tout bout de champ, malgré ça, je suis pleine d’admiration et de fierté.

J’ai ajouté des leçons d’anglais aux deux petits. Etant en pays anglophone, côtoyant plein de kids boat anglophones, ils se débrouillent un peu mais sont frustrés de ne pas savoir plus. On fait donc une leçon d’anglais oral par semaine. Ils adorent ! Et me réclament parfois la même chose en Espagnol. On verra d’ici le moment où nous serons aux alentours de Panama où ils parlent l’espagnol. Ce n’est pas de l’école, ce n’est pas obligatoire, donc, c’est intéressant !
Comments