Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2017-18 Gibraltar-transat‎ > ‎

Revue de cette première étape

publié le 15 janv. 2018 à 10:55 par admin Olena   [ mis à jour : 30 sept. 2018 à 12:36 ]

Tous les 6 bateaux que nous étions avions passé une très mauvaise première nuit. Les vents étaient extrêmement forts, nous avions 30-35 voire 40 nœuds de vent et beaucoup de rafales (notre anémomètre a enregistré 48.5 nœuds pour la plus forte, SINA 62.5 nœuds) ! Les vagues étaient très hautes et surtout très désordonnées. Nous avions une mer croisée, c’est-à-dire que les vagues ne venaient pas toutes de la même direction, ça c’est très désagréable et difficile.

Tous les 6 bateaux sommes heureux que ce fut la première nuit et non la dernière qui fut terrible. Cette fameuse nuit, plusieurs d’entre-nous avions la pensée de ne plus continuer l’aventure et de rentrer à la maison. Ce fut bien de pouvoir partager cette expérience avec eux, certains ayant beaucoup d’expérience de navigation dans différents endroits de ce monde, ayant eu des mers pas clémentes, et ayant également subi cette première nuit.

Beaucoup ont eu de la casse lors de cette nuit. Nous savons, Jimmy nous avait averti que nous aurions tous des casses jusqu’à notre arrivée à la Barbade, c’est normal. Mais ceci lors de la première nuit, ce n’est pas génial. SANDRO a eu un trou dans sa grande voile, et surprise, ils avaient oublié leurs patches de réparation à la maison. Le dimanche, comme ils étaient près l’un de l’autre, WILDERNESS leur a largué un paquet contenant des patches de réparation ! SANDRO et SINA ont cassé des lattes à la grand-voile.

A notre arrivée au port de Mindelo, un bateau est venu nous saluer « nous nous sommes croisés au large ! », et quand il m’a dit le nom du bateau, effectivement, nous l’avions vu sur AIS. Ces gens du New Jersey sont partis de la Gomera (autre île des Canaries) en même temps que nous et pensaient croiser notre groupe pour venir à Mindelo. Eux aussi ont eu une première nuit cauchemardesque.

Je tiens à éclaircir le fait que nous n’avons pas eu de tempête, contrairement à ce que beaucoup de nos amis ont pensé. Nous avions de forts vents, beaucoup de rafales et une mer agitée et croisée, mais pas de tempête ! Il s’agissait d’un front qui passait. Jimmy en avait parlé au briefing en disant que lui n’en voyait pas, alors que Silvia de SINA et nous, nous l’avions bien marqué sur nos cartes synoptiques.
La mer est restée croisée et désordonnée tout le long de notre route.

La distance de Santa-Cruz de Tenerife à Mindelo est de 820 miles nautiques. En voile, il est rare de pouvoir faire une ligne directe, nous naviguons selon le vent. Nous avons donc navigué 923 miles nautiques en 144,75 heures, soit 6 jours et ¾ d’heure !

Samedi matin, le rameur Rose est arrivé au port comme ils le prévoyaient. Ça m’a bluffé, car je n’arrivais pas à m’imaginer que de là où nous les avions croisés, qu’ils mettraient à peine 1 jour de plus que nous pour arriver. Ce sont des types incroyables à 5 sur un bateau d’environ 8 mètres, à 2-3 dans une mini couchette pendant que 2-3 sont en train de ramer, assis au niveau de l’eau, par une mer désordonnée. Partis du Portugal pour traverser l’Atlantique, quel courage ! Ils n’ont pas été très chanceux jusqu’à présent, car c’est leur 2ème escale technique. Grace à notre mail, ils ont eu un super accueil à Mindelo et ont beaucoup apprécié notre geste. Nous leur souhaitons tout de bon pour la suite de leur voyage !
Comments