Blog‎ > ‎Laure‎ > ‎2017-18 Gibraltar-transat‎ > ‎

La suite du voyage

publié le 11 janv. 2018 à 03:00 par admin Olena   [ mis à jour : 30 sept. 2018 à 12:35 ]

Le vent est tombé lundi dans la matinée, nous avons navigué plusieurs heures au moteur. Nous avons fait de l'eau (dessalinateur) et j'ai sorti ma machine à coudre pour réparer les 2 sangles qui étaient sous le pont, qui nous servent d'attache en cas de chavirage.

La nuit fut bonne, le vent assez instable et tournant, parfois nous mettions le moteur, pour avoir à nouveau assez de vent 30 minutes plus tard. Il fait nuit noire jusqu'à minuit, puis la lune se lève et nous éclaire.

 Mardi, le vent s'est un peu stabilisé pour nous donner une belle journée de voile. Il y avait certes encore des rafales, mais plus si fortes. Au matin, Stéphane a réalisé qu'une cordelette attachée en haut du mat s'était détachée et enroulée dans les haubans. Nous avons essayé de la descendre avec des trucs longs, sans succès. Pour finir, Stéphane est monté au mat jusqu'à la première barre de flèche (nous étions sous voile) pour l'attraper et l'attacher en attendant de monter en haut du mat dans un port.

 A la VHF, j'ai perçu quelques voix sur le canal que nous utilisons pour communiquer avec ceux de l'Odyssey. Même s'il m'était impossible de comprendre quoi que ce soit, ça fait plaisir de savoir qu'il y en a d'autres pas trop loin, car depuis dimanche matin, nous sommes seuls au monde, que ce soit sur AIS ou aux jumelles. Puis nous avons reçu les positions de chaque participant et avons été surpris de voir que SANDRO et TUBALCAIN sont très proches de nous.

 L'après-midi, nous avions la visite d'une bande de 20-30 dauphins.

La nuit a bien commencé, même vent et vagues que la journée. J'étais de premier quart que Stéphane est venu plusieurs fois voir ce que je faisais, tant ça tapait. Le vent fraîchissait gentiment. Puis c'était au tour de Stéphane et j'ai été dormir. Ce n'est pas allé 2 heures que je me réveille en sursaut, les vagues, le vent, il faut mettre le 3ème ris ! Je monte, 5 minutes plus tard, Dieter arrivait, c'était son quart, ils ont fait la manœuvre. Il nous a été impossible de dormir, nous étions chahutés comme la première nuit, même force de vent, des rafales à peine un peu moins fortes, heureusement, les vagues étaient un peu plus petites, peut-être d'un mètre. J'ai été voir les enfants, ils dormaient à poings fermés.

 Par ce temps, c'est l'horreur dans les chambres, les vagues tapent, on croirait qu'elles vont nous déchiqueter, les bois grincent et les mouvements nous font croire qu'on est sur-toilé (trop de voile). Au salon, ça va un peu mieux, mais certaines vagues tapent si fort que ça fait sauter le sol et les objets. Certaines vagues réveillaient mon angoisse, Dieter et Stéphane ont pris mon deuxième quart, je suis restée au salon. Puis je me suis mise à la barre avec Stéphane et là, plus d'angoisse, la lune étant levée, on voyait que les vagues bougeaient le bateau normalement, donc rien de dangereux. J'ai pris le quart de lever de soleil et j'ai eu beaucoup de plaisir à être à la barre.

 Ce mercredi matin, 5 dauphins sont venus nous rendre visite. J'ai pu aller à l'avant avec Timeo car les vagues s'étaient un peu calmées. Ça n'a pas duré longtemps, nous avons à nouveau les mêmes conditions que cette nuit. Mais de jour, aucune angoisse, heureusement. Par forte rafale, l'autopilote fait partir le bateau dans le vent, c'est ça et les vagues qui, de nuit depuis l'intérieur du bateau me donnaient l'impression de chavirer !

Hier comme aujourd'hui nous avons téléchargé des fichiers météo, ils nous donnent 20-25 nœuds de vent. Sur place, c'est 10 de plus !

 Nous avons battu notre record de miles nautiques sur 24heures, nous en avons fait 180 ! Si tout va bien, on arrivera à Mindelo vendredi dans la journée ! Juste à temps pour souhaiter un joyeux anniversaire à ma maman !

Comments